Action « Mur de la liberté » à l’UNIL et retrait définitif de la directive 5.4 !

IMG_0485

Lundi matin, 10 novembre, à 8h45, des dizaines de membres du Comité pour les libertés démocratiques de l’Université de Lausanne ont investi les couloirs encore calme de l’Université de Lausanne. La raison de ce rassemblement ? Action « Mur de la liberté »!

Bien organisé-e-s, ils ne leur a fallu qu’une demi-heure pour faire parler les murs de 2000 affiches ! Rosa Luxembourg, Spinosa, George Orwell et même la Déclaration des droits de l’homme, tout autant que la Constitution helvétique d’ailleurs, sont sortis des salles de cours pour nous chanter en pleine gueule leurs idéaux, leurs appels infatigables à la liberté d’expression, à la démocratie de haute intensité, à la révolution et à l’humanisme. Toutes ces jeunes mains et ces têtes légitimement indignées ont rappelé que c’est dans les prisons que les murs sont désespérément gris. Elles ont affichés que l’UNIL ne doit pas l’être, grise, jamais! Elles ont demandé, l’espace d’un instant,  à quoi sert l’Université. 

Cette action était organisée en amont de la discussion qui devait avoir lieu avec le rectorat concernant la directive 5.4 dont on vous a déjà parlé, cette directive qui interdisait l’affichage libre, la récolte de signatures pour des pétitions, des initiatives, des réferendums etc. sans autorisation express de la direction. La discussion a duré près de deux heures entre le rectorat et une délégation du Comité pour les libertés démocratiques et deux professeurs. La direction est revenue sur la directive et à opter pour le statut quo. Elle a expliciter les raisons, plutôt confuses, qui l’avait poussée à émettre ce document réduisant la liberté d’expression au sein de l’Université. Il semble que, plus que des velléités assumées de contrôle, les dérives bureaucratiques sont à l’origine de la feu directive 5.4. 

La pétition lancée quelques semaines avant l’Action « Mur de la Liberté » avait déjà fait reculer le rectorat. La mobilisation porte parfois des fruits, pas forcément des milliers, mais un seul et

c’est déjà un grand pas de fait!

Isabelle Lucas

11 novembre 2014, 01:57 | Lausanne / UNIL

Trackback URI | Comments RSS

Répondre

This blog is kept spam free by WP-SpamFree.