Archive Votations

Conférence-débat: Souveraineté alimentaire en Suisse et Mercosur en Amérique latine – quel lien?

Mardi 11 septembre 2018
A Pôle Sud
J-J Mercier 3, Lausanne

Avec:
Michelle Zufferey, ethnologue et secrétaire permanente à Uniterre.
Claude Girod, agricultrice et membre de la Confédération paysanne (qui fait partie de la coordination paysanne européenne et de Via Campesina)

Partager l’événement Facebook
Télécharger le flyer

 

TEXTE D’APPEL

La notion de souveraineté alimentaire a été initié et présenté par Via Campesina lors du Sommet de l’alimentation organisé par la FAO (Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture) en 1996. Elle représente le droit de chaque population à définir sa propre politique agricole et alimentaire, sans le faire au détriment d’une autre région. Elle est un outil de lutte contre l’exploitation à la fois de l’environnement et des humains. Elle place les êtres humains au cœur des systèmes alimentaires, qu’il s’agisse des producteur.ice.s, des distributeur.rice.s ou des consommateur.rice.s en revendiquant des systèmes alimentaires locaux, sains et durables tout en garantissant des prix, des salaires et des conditions de travail justes.

Dans ce sens, l’initiative sur la souveraineté alimentaire suisse, soumise à votation le 23 septembre 2018, vise une agriculture qui permette aux personnes actives d’en vivre décemment et à la population d’y avoir accès ; elle demande que la Confédération favorise la création d’emplois dans l’agriculture et veille à l’amélioration des conditions de travail de la profession ; elle favorise la relocalisation de la production et les échanges directs dans une optique durable et démocratique ; et finalement, interdise l’utilisation d’OGM et garantisse le droit à l’utilisation, la multiplication l’échange et la commercialisation de semences par les paysan×ne×s.

Suite à l’échec du cycle de Doha lancé par l’OMC (Organisation mondiale du commerce) en 2001, des accords bilatéraux et multilatéraux de libre-échange se multiplient, tel l’accord entre le Mercosur (Marché commun de plusieurs pays de l’Amérique du Sud) et l’UE (Union européenne). Mais les plus importants industriels suisses de l’exportation essayent de damner le pion à leurs concurrents européens. Et c’est ainsi que leur groupe d’intérêts (economiesuisse), et le conseiller fédéral J. Schneider-Ammann poussent à signer un accord bilatéral entre la Suisse et ces mêmes pays qui demandent avant tout un accès plus important pour l’exportation de leur viande de bœuf. L’USP (L’Union Suisse des Paysans) a boycotté le sommet en février en dénonçant le manque de transparence dans les négociations et craignant le démantèlement de l’agriculture suisse. Aucunes mesures de compensation ne sont prévues pour compenser la réduction de la protection douanière qu’impliquent ces accords.

En effet, cet accord de libre-échange ne se situe-t-il pas à l’opposé de la souveraineté alimentaire ? De plus en plus de critiques évoquent divers dangers : Au niveau écologique, l’augmentation de la production de soja pour le bétail européen pourrait s’avérer comme une menace majeure pour l’environnement en Amérique du Sud. Au niveau social, l’intensification de la production et de l‘exportation d’éthanol et de soja vers l’Europe risquent de favoriser l’accaparement de terres par des grands groupes et donc l’expulsion des petits paysans. Au plan économique, la souveraineté de réguler des semences et de privilégier les marchés locaux sont en jeu en raison du pouvoir croissant des multinationales. La tendance n’irait-elle pas vers une re-primarisation de l’économie latine qui se réduirait principalement à l’exportation de matières premières comme lors de l’époque coloniale ? Qu’en est-il du principe de la concurrence ou de la solidarité entre les paysan-ne-s au niveau national et international ?

septembre 02 2018 | Activités and Agriculture and Eco-logique and En mouvement and Votations | aucun commentaire »

Faites un don à la campagne pour le remboursement des soins dentaires!

La campagne pour l’initiative populaire cantonale pour le remboursement des soins dentaires dans le canton de Vaud, qui sera soumise au vote le 4 mars 2018, est lancée.

A défaut d’arguments, nos adversaires ont des moyens considérables pour combattre cette mesure de solidarité et de santé publique. Le Comité d’initiative a beaucoup de forces vives, mais manque cruellement de ressources financières.

Un don de votre part, même modeste, nous permettra de faire accepter cette mesure devant la population. Vous pouvez faire un don par SMS ou sur le CCP du Comité, tel qu’expliqué ci-dessous.

Nous vous remercions par avance pour votre soutien et votre engagement, et vous souhaitons de très belles fêtes de fin d’année !!!

 

Pour une santé éclatante, faites un don!

→ Par SMS

Au nº 488:
Envoyez «DENT» suivi du montant de votre contribution (1—100 francs)

Par exemple: DENT20

→ Par CCP

14—392681—4
Mention «soins dentaires»

Initiative pour le remboursement des soins dentaires: de quoi s’agit-il ?

Lancée en 2014 par une large coalition de partis politiques (le POP, solidaritéS, le Parti socialiste, les Verts), de syndicats (UNIA, SSP, SUD) et d’associations (l’AVIVO, le Mouvement populaire des familles), cette initiative propose que l’Etat mette en place une assurance publique universelle pour le remboursement des soins dentaires de base, ainsi qu’un réel dispositif de prévention en matière de santé bucco-dentaire pour tous les enfants scolarisés. L’initiative propose également la mise en place d’un réseau de policliniques dentaires régionales. Refusée par une courte majorité du Grand Conseil vaudois, cette proposition est néanmoins soutenue par le Conseil d’Etat.

Une urgence sociale

Cette initiative répond à un besoin urgent pour la population vaudoise. Les coûts engendrés par les soins dentaires sont très importants et ne sont pas pris en charge. C’est donc la logique du chacun pour soi qui s’applique, ce qui n’est pas acceptable dans le domaine de la santé. Par conséquent, de nombreuses personnes renoncent à des soins qui pourraient prévenir des interventions lourdes et des problèmes de santé plus graves. D’autres plongent dans la précarité, s’endettant pour payer la facture du dentiste. Ainsi, cette initiative permettrait à long terme une amélioration de la santé publique et donc une réduction générale des coûts. Le financement de l’assurance serait garanti par un prélèvement paritaire sur le revenu (50% salarié·e, 50% employeur), estimé au total à environ 0.5% du salaire brut. Il reprendrait donc le modèle de financement stable et éprouvé de l’AVS. Ainsi, une personne gagnant 6’000 francs verrait l’entier de ses frais dentaires de base ainsi que ceux de ses enfant et parents à la retraite remboursés pour seulement 30 francs par mois !

Nos adversaires ont de gros moyens, aidez-nous à faire face!

Nous savons que les opposant·es investiront des ressources financières très importantes pour combattre cette initiative. Bien sûr, nous mettrons tout en œuvre pour faire aboutir cette proposition devant la population, malgré ces disparités financières prévisibles. L’argent reste toutefois un enjeu important dans une campagne de votation. Vos dons nous aideront à diffuser un argumentaire détaillé dans toutes les boîtes aux lettres du canton, à rendre visibles nos arguments dans l’espace public, à organiser des rencontres et des débats avec la population, ou encore à mener une campagne dynamique sur les réseaux sociaux…

Alors n’attendez-pas!
Pour des soins dentaires accessibles à toutes et à tous, faites un don!

→ Par SMS

Au nº 488:
Envoyez «DENT» suivi du montant de votre contribution (1—100 francs)

Par exemple: DENT20

→ Par CCP

14—392681—4
Mention «soins dentaires»

décembre 11 2017 | Activités and Grand Conseil and Vaud and Votations | aucun commentaire »

RIE3 vaudoise Victoire des 1 %

illustration23032016
Les Vaudois·es ont plébiscité dimanche 20 mars la RIE
3 vaudoise avec 87,12% des voix. 

Ce score soviétique  s’explique par le rouleau compresseur d’une coalition formée par la quasi-totalité des forces institutionnelles du PS jusqu’à l’UDC en passant par le Groupement des entreprises multinationales, qui ont appelé d’une seule voix (et en injectant des millions) à soutenir cette arnaque fiscale.

Face à une campagne particulièrement agressive et non respectueuse des faits, menée par le Conseil d’Etat, véritable champion des intérêts des 1 % les plus riches de ce canton, solidaritéS se félicite d’avoir participé à la conduite d’un référendum qui a permis de faire campagne pour une meilleure redistribution des richesses avec une défense sans compromis des prestations du service public, notamment dans la santé, la formation et les transports publics.

Les débats engagés durant la campagne permettront de développer, dans les mois et les années qui viennent, une résistance déterminée face aux politiques d’austérité sur le plan cantonal et communal, politiques qui auront des effets néfastes sur les conditions de travail dans la fonction publique ainsi que sur les prestations des services publics. Notre campagne a constitué dans ce sens un point d’appui déterminant pour poursuivre notre lutte contre la RIE 3 au niveau fédéral, par le lancement d’un référendum dans les mois qui viennent.

Jorge Lemos

 

 

mars 30 2016 | RIE3 and Vaud and Votations | aucun commentaire »

NI MOUTONS BLANCS, NI MOUTONS NOIRS

Sol_InitUDC_imageCP

Le refus par le peuple de l’initiative « pour le renvoi effectif des étrangers criminels » est une victoire d’étape pour les antiracistes de Suisse. Cette opposition populaire marque un premier cran d’arrêt aux discours xénophobes et aux politiques racistes menées par l’UDC, ainsi que par toute une partie de l’Establishment politique helvétique.

Néanmoins, le combat contre le racisme et pour l’égalité entre suisses et immigrés ne se réduit pas au bulletin de vote et cette victoire ne doit pas aveugler les antiracistes. La loi d’application des chambres fédérales, qui remplacera celle de l’UDC, va constituer une attaque d’une gravité sans précédents à l’encontre des habitan.e.s de ce pays qui n’ont pas de passeport rouge à croix blanche. Avec une peine spécifique d’expulsion pour toute une série de crimes jugés graves, cette législation s’apprête à accroître une situation d’appartheid déjà existente entre suisse.sse.s et étranger-ères. Elle bafoue les principes fondamentaux d’égalité des droits et d’égalité devant la loi.

Mais les attaques xénophobes et réactionnaires ne s’arrêtent pas aux initiatives de l ‘UDC et leur traduction parlementaire. Durcissement de la loi sur l’asile, tentatives d’interdire le voile en Valais, attaques successives envers des minorités ethniques, culturelles ou religieuses de toutes part… dans un pareil climat, Il y a urgence ! Nous avons toutes et tous – partis politiques, syndicats, associations, communautés religieuses, ainsi que tou.te.s les antiracistes en Suisse – besoin d’un front unitaire large, capable de résister à ce rouleau compresseur xénophobe. Il s’agit même, à terme, préparer la contre-offensive à ces politiques d’exclusions.

Dans les mois à venir, nous exprimerons avec force détermination notre refus radical de laisser se dégrader encore les conditions d’existences de celles et ceux qui vivent ici, travaillent ici, et dont le seul crime est de ne pas être suisse. Transformons cette première victoire en acte, et montrons ensemble qu’une alternative existe à la haine de l’autre. Ne soyons pas des moutons, ne laissons pas la peur déborder notre raison : en Suisse, les migrant.e.s ne sont pas un danger, ils sont EN DANGER.

 

LE RACISME NE PASSERA PAS PAR NOUS !

 

 

 

février 28 2016 | Migrant-e-s and Non classé and Votations | aucun commentaire »

17’000 signatures contre la RIE3 VD!

422680_265343746878418_1937930202_n

Justice fiscale et défense des services publics:
La RIE3 VD ne passera pas comme une lettre à la poste!

Plus 17’000 signatures récoltées en seulement 60 jours par la Coalition « Touche pas à mes services publics », dont plus de 7’000 par le mouvement solidaritéS Vaud, la réforme fiscale vaudoise, votée au mois d’octobre par le Grand Conseil vaudois, fera l’objet d’une votation populaire.

Rappelons les faits: sous prétexte de répondre à une exigence de l’Union Européenne et de l’OCDE de mettre fin à certains privilèges fiscaux dont bénéficient des entreprises multinationales, dites « à statuts spéciaux », cette réforme fiscale octroie des cadeaux fiscaux très importants aux grandes entreprises du canton. Concrètement, il s’agit d’une baisse massive de leur taux d’imposition sur le bénéfice (de 24% à 13%),  qui va profiter essentiellement aux 131 sociétés qui déclarent plus de 100 mios de francs de bénéfices annuel. Ce sont elles qui toucheront le pactole, provoquant dès lors une véritable saignée dans les recettes des collectivités publiques, canton et communes. Immanquablement, ces très grosses pertes de recettes engendreront des coupes drastiques dans le financement des services publics, ainsi que des augmentations d’impôt pour l’ensemble de la population. Les gros actionnaires et les détenteurs de capitaux se frottent les mains, alors que les salarié.e.s du public comme du privé passent à la caisse! lire la suite »

décembre 01 2015 | Economie and Réforme de l’imposition des entreprises and Vaud and Votations | aucun commentaire »

Barrons la route à la RIE III !

tractmeeting

novembre 04 2015 | Non classé and UNIL and Vaud and Votations | aucun commentaire »

Votations du 8 mars : NON à une baisse d’impôt en faveur des familles les mieux loties

votations du 8 mars  bis

L’initiative visant à déduire des impôts les allocations familiales profitera avant tout aux familles aisées et contribuera à vider encore les caisses de l’Etat. Pour aider les familles qui en ont vraiment besoin, il faudrait des mesures mieux ciblées et un renforcement général de la solidarité à travers l’Etat social et les services publics.

lire la suite »

février 17 2015 | Economie and National and Votations | aucun commentaire »

Votations du 8 mars : NON à une taxe pseudo-écologique et antisociale !

votations du 8 mars

 

Abolir la TVA pour la remplacer par une taxe sur les énergies non-renouvelables ? Si le projet peut paraître séduisant au premier abord, c’est une véritable fausse bonne idée qui risque bien d’augmenter encore les inégalités sociales. À refuser !

Pour résoudre la crise climatique et sortir du nucléaire, une réduction drastique de la consommation d’énergie non-renouvelable est une nécessité urgente. En augmenter le prix pour tous n’est pourtant pas un moyen adéquat pour atteindre ce but. lire la suite »

février 17 2015 | Eco-logique and Economie and National and Votations | aucun commentaire »