Archive Vaud

Le Collectif R a occupé l’université de Lausanne

collectif_r_c_francois_graf

Au petit matin du lundi 23 novembre, une vingtaine de migrant·e·s menacé·e·s de renvois dans le cadre des accords de Dublin, accompagné·e·s d’une cinquantaine de militant·e·s du Collectif R, ont investi l’auditoire 1612 du bâtiment Géopolis, sur le campus de l’université de Lausanne. Par une occupation de 4 jours, les militant·e·s du refuge de St-Laurent ont cherché à interpeler la communauté académique, invitant tous ses membres à prendre position en faveur d’une vraie politique d’hospitalité. Cette présence, non violente et pacifique, aura obtenu le soutien de plusieurs milliers de personnes, enseignant·e·s, collaborateurs·trices et étudiant·e·s. À mi-parcours de cette action symbolique, Pierre Conscience, militant du Collectif R, rédige ici un compte-rendu intermédiaire.

 A l’heure où ces lignes sont rédigées, nous entamons notre troisième jour d’occupation d’un auditoire de l’Université de Lausanne. Au vu des discussions que nous avons pu avoir avec le recteur, tout porte à croire que notre présence au sein de ces murs pourra se prolonger jusqu’au terme initialement prévu : le jeudi soir 26 novembre. Ainsi, durant cette semaine, nous aurons mené toute une série d’activités très riches : témoignages, ateliers-­discussions, conférences, débats, projections de films, expositions photo, dans la perspective de sensibiliser et de développer des solidarités actives au sein de cette composante importante de la société civile, et de réfléchir ensemble aux suites de notre lutte. lire la suite »

décembre 03 2015 | Immigration/racisme and Vaud | aucun commentaire »

17’000 signatures contre la RIE3 VD!

422680_265343746878418_1937930202_n

Justice fiscale et défense des services publics:
La RIE3 VD ne passera pas comme une lettre à la poste!

Plus 17’000 signatures récoltées en seulement 60 jours par la Coalition « Touche pas à mes services publics », dont plus de 7’000 par le mouvement solidaritéS Vaud, la réforme fiscale vaudoise, votée au mois d’octobre par le Grand Conseil vaudois, fera l’objet d’une votation populaire.

Rappelons les faits: sous prétexte de répondre à une exigence de l’Union Européenne et de l’OCDE de mettre fin à certains privilèges fiscaux dont bénéficient des entreprises multinationales, dites « à statuts spéciaux », cette réforme fiscale octroie des cadeaux fiscaux très importants aux grandes entreprises du canton. Concrètement, il s’agit d’une baisse massive de leur taux d’imposition sur le bénéfice (de 24% à 13%),  qui va profiter essentiellement aux 131 sociétés qui déclarent plus de 100 mios de francs de bénéfices annuel. Ce sont elles qui toucheront le pactole, provoquant dès lors une véritable saignée dans les recettes des collectivités publiques, canton et communes. Immanquablement, ces très grosses pertes de recettes engendreront des coupes drastiques dans le financement des services publics, ainsi que des augmentations d’impôt pour l’ensemble de la population. Les gros actionnaires et les détenteurs de capitaux se frottent les mains, alors que les salarié.e.s du public comme du privé passent à la caisse! lire la suite »

décembre 01 2015 | Economie and Réforme de l’imposition des entreprises and Vaud and Votations | aucun commentaire »

RIE3 : Entretien avec Sébastien Guex

FullSizeRender

«  On réalise ici à quel point la RIE III est une gigantesque arnaque : sous prétexte d’éviter 2 à 3 milliards de pertes fiscales virtuelles, les autorités suisses veulent faire passer un cadeau fiscal réel de quelque 5 milliards.  »

Dans le canton de Vaud, un référendum est lancé contre la troisième Réforme de l’imposition des entreprises par le Comité « Touche pas à mes services publics ». 12 000 signatures doivent être récoltées d’ici au 1er décembre sans quoi cette réforme sera mise en œuvre sans le moindre débat démocratique et sans que la population concernée puisse se prononcer.

L’enjeu est crucial pour les vaudois·e·s. Les cadeaux fiscaux prévus pas la réforme à l’intention des grandes entreprises entraîneront une diminution de 500 millions de francs de recettes fiscales pour le canton. Comment ces pertes seront-elles compensées ? Sans aucun doute par une augmentation des impôts payés par les salarié·e·s (comme on le voit déjà Schwyz) et par des coupes dans les services publics. Afin de mieux comprendre les enjeux de cette réforme, nous nous sommes entretenus avec Sébastien Guex, professeur d’histoire contemporaine à l’Université de Lausanne et spécialiste de l’histoire financière de la Suisse aux 19e et 20e siècle. 

Quelles sont les différentes étapes dans la mise en œuvre du projet de troisième Réforme de l’imposition des entreprises et quel rôle joue le canton de Vaud à cet égard ?

Le 5 juin 2015, le Conseil fédéral a adopté le projet de 3e Réforme de l’imposition des entreprises, désignée désormais comme la RIE III (voir le Message du Conseil fédéral du 5 juin 2015). Les Chambres fédérales vont probablement commencer la discussion de la RIE III durant l’hiver 2015–2016 et peut-être arriver à se mettre d’accord dans un délai d’une année ou une année et demie. Il y aura probablement un référendum national de sorte que, si elle est acceptée, la RIE III entrerait en vigueur au plus tôt en 2018. Selon le projet, les cantons auraient ensuite quelques années pour s’adapter.

La très grande majorité des autorités cantonales va attendre cette entrée en vigueur pour prendre des mesures. Mais ce n’est pas le cas du Gouvernement vaudois qui comprend une majorité de représentant·e·s du Partis socialiste et des Verts.

En effet, le 2 juillet dernier, le Conseil d’Etat vaudois a décidé d’adopter un projet qui, sans même attendre que la discussion aux Chambres ait commencé, veut appliquer l’une des mesures majeures prévues par le projet fédéral de RIE III, c’est-à-dire une baisse massive – de 60 % – du taux d’imposition sur le bénéfice, cela pour toutes les entreprises dans le canton, dès 2019. En clair, le Gouvernement vaudois a décidé de jouer les béliers pour faire passer en force la RIE III. lire la suite »

novembre 11 2015 | Réforme de l’imposition des entreprises and Vaud | aucun commentaire »

Le référendum contre la version vaudoise de la RIE 3 : une course contre la montre !

12105703_1054983424526254_154295337304534688_n

Le référendum lancé au début du mois d’octobre par la coalition «Touche pas à mes services publics – non aux cadeaux fiscaux aux grandes entreprises!» n’a pas encore abouti. Les organisations qui le portent lancent un appel pressant, à trois semaines de l’échéance du délai référendaire, pour multiplier les efforts de récolte de signatures afin de garantir son succès.

Cet appel n’est pas contradictoire avec le très bon écho rencontré auprès de la population et des salarié.e.s de la fonction publique et du secteur privé lors des récoltes. Lieux de travail, marchés, rues des villes ; partout où nous sommes engagé.e.s nous constatons une volonté claire et déterminée de défendre le service public. Cette volonté se traduit par des signatures qui se récoltent relativement facilement. Mais il faut rappeler que les conditions du canton de Vaud pour faire aboutir un référendum sont les plus anti- démocratiques de Suisse: 12’000 signatures valides doivent être récoltées en 60 jours. C’est un taux particulièrement élevé en comparaison intercantonale, ceci dans le délai le plus court de tous les référendums cantonaux également! Ainsi, malgré l’effort soutenu des membres qui composent nos organisations, il n’est pas encore certain que l’opposition au projet inacceptable du Conseil d’Etat puisse s’exprimer par un vote.

Nous appelons donc l’ensemble des personnes qui contestent le bien-fondé d’un cadeau fiscal de plus de 500 millions de francs par an aux très grandes entreprises multinationales à se mobiliser pour faire aboutir le référendum. Il est nécessaire de signer le référendum dans les meilleurs délais et de faire parvenir toutes les feuilles, même partiellement remplies, aux organisations membres de la coalition.

 

Pour la coalition,

Pierre Conscience, solidaritéS
David Gygax, Syndicat des services publics

novembre 10 2015 | Réforme de l’imposition des entreprises and Vaud | aucun commentaire »

Elections fédérales : Ni rire ni pleurer, comprendre…

11227781_1033548193336444_5636324180155007621_o
Nous n’avons pas réussi à reconquérir un siège de la gauche radicale vaudoise au Parlement national. Mais comment analyser les 2,9 % recueillis par la liste POP-solidaritéS aux élections fédérales ?

Tard dans la nuit du 18 octobre, le verdict est tombé : avec 2,9 %, la liste POP-solidaritéS ne pouvait avoir aucun élu·e, et ce chiffre traduisait un recul substantiel par rapport aux élections précédentes (POP 2,12 % + solidaritéS 1,81 % = 3,93 %). Comment comprendre ce faible score et cette régression pour envisager de nouvelles perspectives pour les prochaines échéances électorales ? lire la suite »

novembre 09 2015 | Elections fédérales and Vaud | aucun commentaire »

Pour que la Ville de Lausanne se déclare « Ville-refuge » et s’associe au réseau créé en Europe

Francois_Graf

Le Collectif R a adressé une lettre ouverte à la Municipalité et au Conseil communal de la Ville de Lausanne demandant que celle-ci se déclare «  Ville-refuge  » et rejoigne ainsi le «  réseau de villes refuge  » à l’initiative de cités comme Madrid ou Barcelone. Cet appel, soutenu notamment par l’Union syndicale vaudoise, est repris dans un postulat déposé le 6 octobre 2015 par Pierre-Yves Oppikofer, conseiller communal du groupe La Gauche (POP-solidaritéS) et que nous reproduisons ci-dessous. La discussion préalable devra avoir lieu le 10 novembre prochain. [JL]

 Depuis le début de l’année 2015,

l’Europe vit l’une des crises migratoires les plus conséquentes et les plus graves de son histoire. Loin de s’atténuer – avec désormais plus de 800 000 personnes qui arrivent, fuyant la guerre, la misère et les persécutions, principalement en Afrique du Nord-Est et au Moyen-Orient – cette crise ira croissant de mois en mois (voir la fiche d’information du Secrétariat d’Etat aux migrations SEM du 18 septembre 2015).

Les mesures annoncées par le Conseil fédéral (accueillir 1500 personnes à déduire du contingent de 3000 personnes déjà annoncé) ne sont pas à la hauteur de la crise actuelle. Il devient urgent que les autorités suisses s’engagent pour un accueil digne de réfugié·e·s, par-delà leurs origines et les motifs de leur exil. Rappelons qu’en 1999, dans le cadre de la guerre en ex-­Yougoslavie, la Suisse avait accueilli 20 000 personnes de plus qu’elle ne s’apprête à le faire cette année, sans que cela ne pose de problèmes. Une telle politique d’hospitalité peut et doit être réitérée aujourd’hui. lire la suite »

novembre 09 2015 | Immigration/racisme and Vaud | aucun commentaire »

Barrons la route à la RIE III !

tractmeeting

novembre 04 2015 | Non classé and UNIL and Vaud and Votations | aucun commentaire »

SIGNEZ LE RÉFÉRENDUM CONTRE LE PAQUET FISCAL TOXIQUE BROULIS-MAILLARD

Ref_RIE3_feuilleSignatureF_sol

Mardi 29 septembre, le Grand Conseil vaudois a voté la «feuille de route»: un projet de baisse massive de l’imposition des entreprises concocté par Maillard (PS) et Broulis (PLR). Une coalition de syndicats, d’associations et de partis lance un référendum. Mais au fond, c’est quoi ce projet?

Le projet vaudois de réforme de l’imposition des entreprises III (RIE 3) est un paquet législatif qui forme l’avant-garde de la réforme nationale, discutée aux Chambres fédérales dès cet hiver et qui entrera en vigueur au plus tôt en 2018, pour une application cantonale en 2023. Nous sommes en 2015 et la quasi-totalité du corps politique vaudois, de la gauche institutionnelle à la droite, s’empresse d’accepter des mesures qui vont dans sa direction. L’alliance de Pierre-Yves Maillard (PS) et Pascal Broulis (PLR) est le fer de lance vaudois de ce paquet toxique. lire la suite »

octobre 15 2015 | Réforme de l’imposition des entreprises and Vaud | aucun commentaire »

Nous lancerons le référendum !

image_vd

 

POP et solidaritéS ont présenté jeudi 24 septembre en conférence de presse leur décision de participer, de concert avec les autres organisations de la coalition contre la RIE3, au lancement d’un référendum cantonal contre sa déclinaison vaudoise (ladite «feuille de route»).

Cette véritable machine deguerre contre les services publics et les usager·e·s est partie prenante d’un projet qui vise à diminuer la charge fiscale des grands actionnaires au détriment des salarie·e·s et des retraité·e·s. Son adoption aboutirait à des plans d’austérité drastiques. D’ores et déjà, nous nous engageons à lancer un référendum et appelons les autres partis et organisations à constituer un comité référendaire. Le dispositif vaudois qui a été accepté par le Grand Conseil mardi 22 septembre, en première lecture, diminuera fortement le taux ordinaire de l’impôt sur le bénéfice des entreprises en passant de 23 % en 2012 à 13,8 % en 2019. Cette mesure entraînera une perte annuelle de 500 millions de francs pour les recettes fiscales cantonales. Les communes seront les premières touchées par cette baisse massive de la fiscalité des entreprises. A cela s’ajouteront les nouvelles déductions fiscales prévues pour toutes les entreprises par la future RIE 3 fédérale en traitement au Parlement fédéral et dont les autorités n’ont pas évalué l’impact financier.

La baisse de 41 % du taux d’imposition pour 99 % des entreprises du canton, uniquement pour retenir moins de 1 % des entreprises installées dans le canton, est injustifiable. Si le POP et solidaritéS sont bien sûr favorables à la suppression des privilèges fiscaux pour les sociétés à statut spécial, ce n’est pas pour accorder des privilèges à toutes les entreprises et particulièrement aux plus prospères d’entre elles. Rappelons que 85 % des entreprises ne paient pas ou peu d’impôts sur leur bénéfice (2,3 % de l’impôt total). Il est particulièrement choquant de constater que cette réforme vise à améliorer la situation des détenteurs de capitaux et des actionnaires, alors que 2 % de la population possède déjà autant que les 98 % restants ! A noter que les contreparties de l’ordre de 100 millions que les milieux patronaux accepteraient de prendre en charge sont bien loin de compenser le cadeau fiscal substantiel de 500 millions que leur accorde le Grand Conseil. Nous ne nous satisfaisons pas plus des 84 millions de déductions fiscales et de subsides LAMal que le Canton et les communes promettent: car les pertes de recettes et les charges supplémentaires (510 millions par année) se paieront en hausses d’’impôts ou en baisses de prestations.

Jorge Lemos

 

octobre 04 2015 | Vaud | aucun commentaire »

Des forages dans le canton de Vaud ? 14000 Non !

12031341_1640249402912509_8588102345441416822_o

Le Collectif citoyen «Halte aux forages Vaud» a remis, mardi 29 septembre, sa pétition forte de 14000 signatures à la présidente du Grand Conseil vaudois, Mme Roxanne Meyer Keller.

Bref rappel : des forages d’exploration sont prévus dans le canton de Vaud, quatre dans le Gros-de-Vaud (eCORP-SEAG), en plus de celui sous le lac Léman (Petrosvibri). La prétention à des méthodes de forage propres est hypocrite puisque la firme texane eCorp est spécialisée dans la technique de fracturation hydraulique utilisée pour les gaz de schiste. L’absurdité de ce projet est double : d’une part, l’objectif étant de consommer le gaz extrait, la production de CO2 s’en verrait augmentée ce qui, à notre époque, est irresponsable au vu du problème mondial du réchauffement climatique ; d’autre part, les risques de pollution (nappes phréatiques) comme les risques sismiques, les nuisances sonores et la question du traitement des boues de forage en font une activité dangereuse pour l’environnement et les habitant·e·s.

Soutenu par le Collectif Val-de-Travers « Non aux forages d’hydrocarbures » et le Collectif « Non au gaz de schiste – Pays de Savoie et de l’Ain », le collectif vaudois demande aux autorités du Canton de Vaud d’interdire tout forage lié aux hydrocarbures sur son territoire. Les économies d’énergie, le développement et la production d’énergies renouvelables et propres constituent une priorité absolue. Le moratoire en vigueur actuellement peut être révoqué à tout moment par le Conseil d’Etat, ce qui explique le besoin d’une interdiction légale et durable. Luttons pour un avenir propre !

Thomas Feron

 

octobre 04 2015 | Eco-logique and Vaud | aucun commentaire »

« Précédent - Suivant »