le locle CG 

18-602 : Interpellation de M. Hans-Peter Renk et consorts (POP) * : Agenda 2018 (et précédents) : une lacune regrettable.

Dans l’agenda 2018 édité par la ville du Locle – tout comme dans les agendas 2016 et 2017 (en ma possession) -, la rubrique « Crèches – Atelier – Ecole » signale l’existence des crèches « Les Diablotins » et « Les Enfants d’abord », mais non celle de la crèche de L’Etoile.

 

Si l’on peut raisonnablement penser que les épreuves de l’agenda 2018 étaient sous presse avant la session du 6 décembre 2017, où le débat a débouché sur la non fermeture de la crèche de L’Etoile, le Conseil communal peut-il expliquer au Conseil général :

- pourquoi la crèche de l’Etoile ne figurait pas dans les agendas 2016 et 2017 ; - comment, en attendant la publication de l’agenda 2019, il pense combler cette lacune en matière de crèches disponibles à l’intention de la population locloise ?

 

Développement :

En consultant l’annuaire de la Ville du Locle pour l’année 2018, il s’avère que la crèche de L’Etoile n’y est point mentionnée, au contraire des crèches Les Diablotins et Les Enfants d’abord.

Il y a manifestement une différence fâcheuse dans l’information à la population, qui a le droit de connaître l’ensemble des crèches disponibles en ville du Locle. Il existe visiblement en l’état présent une inégalité de traitement à laquelle il est nécessaire de remédier.

Un esprit soupçonneux pourrait penser que l’exécutif communal – au moment de l’impression des épreuves de cet annuaire – pensait, à ce moment, acquise la fermeture de la crèche de L’Etoile. Mais comme cette même lacune se trouve dans les annuaires 2016 et 2017 (à un moment où l’existence de cette crèche n’était pas remise en cause), la cause en est visiblement ailleurs.

Le caractère excentré de l’emplacement de la crèche est-il la cause de cette lacune ? Le groupe POP dans son ensemble et l’auteur de l’interpellation en particulier attendent avec intérêt la réponse du Conseil communal aux questions posées.

 

Réponse du Conseil communal :

Par M. Jean-Paul Wettstein, le Conseil communal reconnaît l’erreur. « Oups, nous nous sommes gourrés ! » (L’Impartial, 27.1.2018)

 

* Bien que militant de solidaritéS-NE, je suis membre du groupe POP au Conseil général, la liste pour les élections communales – vu la non-existence d’une section de solidaritéS-NE en ville du Locle – portant cette seule dénomination (au contraire du Grand Conseil, où nos élu-e-s font partie d’un groupe commun POP-Verts-SOL), bien que mon appartenance à solidaritéS-NE ait été mentionnée dans la propagande électorale en 2016.