maison sur leau8012

Le groupe socialiste de la Ville de Neuchâtel a déposé une motion demandant une analyse de la faisabilité de la construction d’un écoquartier sur le lac, en principe dans la baie de l’Evole !

Arcinfo du 5 mars revient sur la question pour permettre aux deux initiateurs du projet de préciser qu’ils ne pensaient pas à des résidences luxueuses sur des iles dans la baie de l’Evole, mais à des construction sur pilotis pour des espaces publics, des infrastructures ouvertes à la population ou des logement favorisant la mixité sociale.

S’il s’était agi d’un projet catégorie luxe, ce que tout le monde avait compris, un financement privé aurait probablement été envisageable, mais c’est une multitude de problèmes qui se seraient posés. Mais s’il s’agit d’un espace public, c’est qu’on demande à la ville d’investir de l’énergie et de l’argent. Ce qui pose la question des priorités de la ville.

Laissons de côté pour l’instant l’aspect légal de construire sur le lac. Il y a, hélas, des précédents du côté du Palafitte, mais ce n’est pas exactement un lieu public et de mixité sociale.

La Ville est empêtrée depuis bientôt 20 ans dans l’aménagement des Jeunes Rives, un des plus beaux endroits de la cité, recouvert pour presque moitié par un parking. Ne faudrait-il pas commencer par régler l’aménagement de ce magnifique espace pour le rendre à ses habitants ?

Un bassin de population de 50 000 habitants n’est pas une grande métropole. Y a-t-il un sens à construire une vitrine chic pour jouer à la grande ville que nous ne sommes pas ?

N’est-il pas plus sérieux de réserver nos énergies et nos moyens à préparer la ville à affronter les défis du futur en la transformant pour la faire sortir de l’énergie fossile et la diriger vraiment vers le durable ? Nous sommes conscients que cela demandera un effort colossal, mais il faut s’y atteler tout-de-suite.

En tout cas, notre priorité est dans la transformation du bâti pour sortir de l’énergie fossile et aller vers le renouvelable, la mobilité écologique et l’investissement dans la culture, car la qualité de nos relations et de notre vie en dépend.

Le clinquant et l’épate sont d’une autre époque.