Rendant compte des débats parlementaires relatifs au budget 2014, un article paru dans Gauchebdo 4/25.1.2014 est ainsi sous-titré: «La droite du Grand Conseil et le Conseil d'Etat de gauche sont unanimes pour baisser l'aide sociale aux plus démunis». Il contient une erreur de plume.

Certes, la «droite plurielle» (PLR, UDC, Verts libéraux et PDC) est majoritaire au Grand Conseil. Mais l'adjectif «de gauche» correspond à une appellation d'origine non-contrôlée (AOCN).

Les conseillers d'Etat Alain Ribaux (PLR) et Yvan Perrin (UDC) peuvent difficilement correspondre à cet adjectif. Restent les représentant-e-s de «la gauche plurielle» (à une seule composante): Laurent Kurth, Jean-Nathanaël Karakash, Monika Maire-Hefti (PSN).

Depuis un peu plus d'un siècle, la participation gouvernementale des socialistes est un thème largement débattu. On sait comment il fut finalement tranché par ce courant politique. Mais il vaut la peine de rappeler ce débat, survenu en 1899, lors de l'affaire Dreyfus en France, lorsque coexistèrent dans un gouvernement dit «de défense républicaine» Alexandre Millerand (socialiste indépendant, devenu fort indépendant du socialisme) et le général marquis de Galliffet (un des bouchers de la «semaine sanglante», en mai 1871, où sombra la Commune de Paris). Un avis formulé par un adversaire d'une telle coexistence: «Le socialiste ministre concourt pour sa part, petite ou grande, à la bonne exécution des mesures que prend le Conseil des ministres, non pour développer le socialisme, mais pour faire avancer les affaires du Capital» (Paul Lafargue, Le socialisme et la conquête des pouvoirs publics. Pantin, Les Bons Caractères, 2004).

Les exemples de cette affirmation sont trop nombreux pour être cités. Une récente illustration de cette méthodologie consistant à «faire avancer les affaires du Capital» en pays britchon: l'arrivée du trust GSMN SA (Genolier) dans le paysage hospitalier neuchâtelois, un trust exempté d'appliquer la convention collective de la branche, avec l'assentiment du Conseil d'Etat «de gauche».

Hans-Peter Renk