solidariteS affiche novembre 2018 page 001

Le 25 novembre prochain, le peuple suisse sera appelé aux urnes pour juger de deux initiatives néfastes. On vous explique pourquoi ici!

 

Une autodétermination contre les droits humains!

L’initiative de l’UDC «le droit suisse au lieu des juges étrangers» prétend assurer la prééminence du droit national sur le droit international. Ce texte vise en réalité la Convention européenne des droits de l’Homme (CEDH) et la protection qu’elle offre à toute personne victime de violation de ses droits fondamentaux dans les pays signataires dont la Suisse fait partie. 

On ne vote pas sur l’ « auto-détermination » , mais sur la suppression de traités internationaux (mettant des limites aux actes répressifs et anti-démocratiques) que la Suisse a choisis de signer. A l’heure où le renforcement des gouvernements à tendance dictatoriale est manifeste, même sur le sol européen, cette proposition est irresponsable.
Nous votons pour dire si nous voulons supprimer ou non les lignes rouges garantissant les droits humains fondamentaux valables pour tous les états signataires. Nous voterons NON à cette initiative faussement dite d’autodétermination.

***********************

Nous ne voulons pas payer des espions pour nous surveiller!


La nouvelle loi sur les assurances veut étendre la possibilité d’espionner secrètement les assuré.e.s. Les assurances disposent déjà de suffisamment de moyens pour limiter les remboursements dus et elles ne s’en privent pas. Nous ne voulons pas que notre argent soit utilisé pour payer des détectives. Nous refusons de donner du pouvoir supplémentaire aux assurances et de renforcer ainsi l’opacité d’un système face auquel nous sommes déjà maintenant trop impuissants. Nous avons droit au respect de notre vie privée et la tendance de faire de nous des suspects ou des fraudeurs potentiels est intolérable. Nous voterons NON au renforcement du contrôle des assurances sur nos vies.