Manif Pal Bern 23.08.14 29

Le 24 septembre prochain, solidaritéS appelle la population neuchâteloise à suivre les recommandations suivantes.

Hôtel judiciaire à La Chaux-de-Fonds : OUI

L’Etat se doit d’investir de manière équilibrée dans les différentes parties du canton. Placer l’hôtel judiciaire à la Chaux-de-Fonds nous semble raisonnable, comme ça l’est d’investir pour permettre à la justice de travailler dans de bonnes conditions.


Réforme des institutions : NON

Le Conseil d’Etat, dans le cadre de son projet un canton un espace, veut introduire une circonscription électorale unique. Ainsi les citoyen-ne-s éliraient des candidat-e-s au Grand Conseil de tout le canton. Cela aura l’effet exactement inverse de celui souhaité de réduire les tensions régionales. Dans notre canton divisé, la circonscription unique favorisera évidemment les votes régionaux inter-partis et les résultats des élections seront évalués en fonction du nombre d’élus de telle ville ou de tel district. Le lieu d’habitation des candidat-e-s primera sur leur orientation politique (sociale ou libérale, prise en compte ou non de la nature, transports publics ou transports privés, etc.) et notre système électoral, avec ses biffages et ses rajouts, est parfaitement adapté à ce genre de « combines ». Bonjour les lendemains d’élections assassins !


Décret fiscal : OUI

Le canton est empêtré dans des difficultés financières aggravées par le choix des partis dominants, approuvé en vote populaire, de diminuer drastiquement l’imposition des grandes entreprises et des holdings. Aujourd’hui nous en payons le prix, et le monde politique s’écharpe pour faire porter la charge à son voisin. Ce référendum concernant la répartition de l’impôt des frontaliersères est issu principalement de la droite littoraliste. Le Conseil d’Etat et la majorité du Grand Conseil qui a voté l’arrêté comme les référendaires sont des fervents partisans de la baisse d’impôt des entreprises et des fortunés. Pourtant la solution est bien là, rétablir un minimum d’équité fiscale en remontant l’impôt de ceux qui en ont les moyens, les entreprises et les fortunés. Nous dénonçons l’opération des spécialistes de la politique antisociale plr-udc et nous voterons oui à un décret qui veut éviter que la situation n’empire dans l’immédiat, mais rien ne sera résolu.