Logo

2016-02-28-ciseaux

Questions 5, 6, 7: baisse de l'aide au logement (LGL), baisse des subsides d'assurance-maladie (LAMAL) baisse des prestations complémentaires avs / AI (LPCC)

 

3x NON à la casse de la protection sociale

La majorité de droite et d'extrême-droite du Grand conseil continue son travail de casse de la protection sociale et cherche à détruire le peu de redistribution des richesses et de solidarité qui subsiste encore.

Ce 28 février, trois objets en particulier visent les plus démunis : les questions cantonales 5, 6 et 7. L'objectif est de préparer l'énorme cadeau fiscal aux entreprises que veut faire l'Etat avec la 3e réforme de l'imposition des entreprises (RIE 3).

 

Appauvrir nos aîné·e·s et nos invalides ? NON !
La droite veut retirer près de 8 millions par année des poches des personnes bénéficiant des prestations complémentaires AVS / AI. Ces deux projets de loi vont encore appauvrir des personnes dont les rentes vieillesse ou invalidité ne suffisent pas pour vivre dignement. Est-ce ainsi que l'on veut s'occuper de nos aîné·e·s et de nos invalides ?
Baisse des subsides à l'assurance maladie...

La première loi (objet 6) prévoit la baisse des subsides d'assurance-maladie pour les personnes n'ayant pas les moyens de payer leurs primes. Ces baisses massives pouvant aller jusqu'à 1414  Frs / mois pour un couple avec un enfant représentent des sommes extrêmement importantes pour les plus de 2000 personnes qui ne peuvent payer leurs primes que grâce à cette aide.

 

...baisse des prestations complémentaires...

La deuxième loi (objet 7) entérine la baisse des prestations complémentaires en modifiant le calcul du revenu des personnes. L'invention d'un revenu fictif permet à l'Etat de baisser les prestations que les personnes reçoivent et ceci jusqu'à hauteur de 580 Frs / mois pour une personne seule et 1569 Frs / mois pour un couple. Il est simplement inadmissible que l'on modifie de manière artificielle le revenu des personnes pour leur baisser leurs aides, alors que dans la réalité elles n'ont pas plus d'argent. Les plus de 21'000 bénéficiaires en seront profondément appauvris.

 

...et baisse de l'aide au logement !

Une troisième loi (objet 5) s'attaque encore aux plus démunis. En proposant de baisser la subvention d'aide au logement (100  Frs de moins par pièce/an) et en demandant une participation plus grande des personnes subventionnées (1% du revenu en plus), cette loi va précariser nombre de familles genevoises déjà en difficulté. Dans un canton où la crise du logement est durable et où les loyers sont hors de prix, il est inacceptable de réduire les aides permettant aux habitant·e·s de vivre décemment.