Logo

chômage OCE


La dégradation de la situation des demandeurs·euses d'emploi à Genève depuis 2008 et la suppression du revenu minimal d'aide sociale (RMCAS) ont des conséquences dramatiques. Il faut en finir avec la complaisance avec la soi-disant « politique active » de lutte contre le chômage des autorités cantonales! Voilà pourquoi nous proposons un projet de loi en rupture avec la politique actuelle.

 

 

La politique actuelle :

  • se limite à gérer le chômage plutôt que de le combattre
  • rend invisible une partie des chômeurs·euses et demandeurs·euses d'emploi pour se vanter de maîtriser le taux de chômage (les personnes « au bénéfice » d'une mesure d'insertion professionnelle, telles que les Emplois de solidarité par exemple, sortent des statistiques du chômage)
  • crée des sous-postes de travail favorisant la sous-enchère salariale, des postes qui prennent la forme de voie de garage pour 9 chômeurs sur 10 qui ont cru à la fable du « tremplin vers l'emploi »
  • favorise le « business de l'insertion » en déployant toute une panoplie de coûteuses mesures de pseudo-formation ou de soutien à la recherche d'emploi qui rapportent souvent plus aux entreprises qui les pratiquent qu'à ceux·celles qui y sont astreints
  • néglige l'accompagnement des demandeurs·euses d'emploi et refuse trop souvent des compléments de formation pertinents
  • reporte une partie de la mission de l'Office cantonal de l'emploi (OCE) sur l'Hospice général

En toile de fond de cette logique gestionnaire, on trouve une définition du chômage comme problème individuel et non comme phénomène économique et social.

Il est temps d'en finir avec l'absurdité, l'inefficacité et la violence du système actuel !

Pour rompre avec cette politique désastreuse, les partis de gauche au Grand Conseil (Ensemble à Gauche, PS et Verts), avec le soutien des syndicats (CGAS), ont déposé fin août 2014 un projet de loi proposant un changement de cap radical. En voici les principaux enjeux.

 

La politique proposée par ce projet de loi:

Ce projet de « Loi sur le chômage et l'emploi » (PL LMCE) veut remettre le·la demandeur·euse d'emploi au centre du projet, non en tant que responsable de son destin professionnel, mais en tant que détenteur de droits :

  • droit à l'emploi
  • droit à un revenu d'insertion digne durant la période de recherche d'emploi
  • droit à la formation qualifiante et certifiante à tout âge
  • droit à un accompagnement pertinent et de qualité de la part de l'office compétent et non de ses sous-traitants
  • droit à faire valoir son point de vue sur les mesures qui lui sont proposées

Les droits du demandeur·euse d'emploi et la responsabilité de l'Etat sont au coeur du programme cantonal d'insertion professionnelle (PCIP) et du Programme cantonal de création d'emploi (PCCE) qui sont les deux principaux volets du projet de loi.

Ce projet de loi remet le débat sur la politique du chômage et de l'emploi à l'agenda du Grand Conseil. Toutefois, ce débat ne doit pas rester enfermé dans les murs du parlement, car nous sommes toutes et tous concernés. Débattons de ce projet !

Vous trouverez ci-dessous en PDF tous les éléments relatifs à ce projet de loi.