Logo

2015-06-18-prisonniers-politiques-egypte-web-SM

 

Solidarité avec les prisonniers politiques égyptiens

RASSEMBLEMENT
Jeudi 18 Juin · 18 h
devant la Mission Permanente d'Egypte
45 — 47, rue de Lausanne · Genève

Télécharger le Flyer (PDF)

 

Dans le cadre d'une campagne de solidarité internationale, solidaritéS vous invite à participer à un rassemblement devant la Mission permanente d'Egypte (45 — 47, rue de Lausanne) pour témoigner notre solidarité avec les prisonniers politiques égyptiens et dénoncer la répression massive et sanglante du régime militaire au pouvoir, présidé par l'ex-maréchal Sissi, contre toute forme d'opposition.

Depuis l'arrivée au pouvoir de Abdel Fattah al-Sissi, en juillet 2013, la machine répressive s'est mise en mouvement de façon extrêmement violente.
Les estimations des conséquences de la répression à ce stade tournent autour de 2500 morts et 17 000 blessés, quelque 16 000 arrestations, et plus de 1000 condamnations à mort au terme de procès expéditifs. Il faut notamment ne pas oublier le massacre commis en août 2013 par les services de sécurité contre les membres des Frères musulmans au Caire, causant la mort de plus de 1000 manifestants, ou encore l'assassinat par un policier, au cours d'une manifestation pour les 4 ans de la révolution, en janvier 2015, de la militante de la gauche révolutionnaire Shaimaa el-Sabbagh.

Les prisonniers politiques sont aujourd'hui plus de 40 000 dans tout le pays. Le régime a condamné à mort des centaines de membres du mouvement islamiste des Frères Musulmans, y compris l'ancien président Morsi, sans parler des milliers d'entre eux qui sont détenus.

Les militants démocrates et de gauche n'ont pas été épargnés. Ainsi, plusieurs figures de la révolution comme Mahiennour Al Masry, membre des socialistes révolutionnaires, l'activiste Alaa Abdel Fattah, ou encore des leaders du mouvement du 6 avril, organisation de jeunes révolutionnaires, ont été victimes de la répression. Dans le passé, tous ses activistes s'étaient battus contre les politiques autoritaires et antisociales, que ce soit sous le régime Moubarak, ou sous celui des Frères Musulmans.
Des milliers de militants révolutionnaires, laïcs, athées, démocrates ou syndicalistes, sont emprisonnés, réprimés ou poussés à l'exil. La censure de la presse est également imposée : toute critique du régime des militaires est impossible. Les manifestations sont quasi interdites, tandis que le droit de grève est étranglé. Le régime discute aussi de mettre hors la loi les syndicats indépendants, et interdit la grève aux employés de l'État...

Le régime n'a pas hésité à dissoudre le club de supporters de foot des « Ultra », qui avait joué un rôle important dans le processus révolutionnaire, en décrétant qu'il s'agit d'une organisation terroriste. Le « Mouvement du 6 avril » est menacé d'être désigné comme groupe terroriste, tandis que les « Socialistes révolutionnaires » sont accusés de conspirer avec des forces étrangères pour semer le chaos dans les rues égyptiennes.

Cette répression massive a reçu l'appui déterminé des monarchies réactionnaires de l'Arabie saoudite et des Émirats arabes unis. De leurs côtés, les gouvernements occidentaux ne se préoccupent guère des violations des droits démocratiques en Egypte, tout en autorisant toujours la vente d'armes et de technologies de surveillance au régime de Sissi. Le dictateur Sissi se rendra d'ailleurs bientôt en Allemagne pour une visite à la chancelière Angela Merkel, sans oublier l'accord commercial conclu il y a quelque mois entre le gouvernement français et le régime égyptien pour la vente de chasseurs Rafale, en plus d'autres contrats conclus par différentes sociétés du même pays. La normalisation internationale du régime égyptien avance...

Face à ce constat, les demandes formulées par les organisateurs de ces actions de protestation à l'échelle internationale, en collaboration avec les militants égyptiens victimes de la répression sont les suivantes :

  • Stop à la répression des manifestations en Egypte
  • Libération des prisonniers politiques
  • Non aux tribunaux militaires : pour des procès équitables pour toutes et tous
  • Stop à la torture et autres abus répressifs
  • Stop aux exécutions

org. solidaritéS Genève