Logo

2013-11-06-racisme-etat-web-sm

 

Racisme d'état,
islamophobie
et discriminations:
comprendre et résister

 

Mercredi 6 novembre · 20h
Café Gavroche (4, bd James-Fazy)

avec Jean-Michel Dolivo
avocat, militant antiraciste et membre de solidaritéS
 

Télécharger le flyer (PDF)

 

Pourquoi parler de racisme d'état, d'islamophobie et de discriminations dans la patrie dépositaire des Conventions de Genève et qui a la responsabilité de faire respecter le droit international humanitaire dans des situations concrètes de conflit ?

Car dans la réalité, la Suisse est très loin de cette image de garante du droit international et du respect des Droits humains pour tous et toutes...

 

En Suisse, le racisme d'Etat est inscrit dans la loi: jusqu'en 2008, la loi fixait, noir sur blanc, que les autorités devaient tenir compte du « degré de surpopulation étrangère » lorsqu'elles délivraient une autorisation de séjour. Aujourd'hui, la loi utilise pudiquement (!) l'expression « d'évolution socio-démographique »...

La conseillère fédérale en charge des questions de migration et d'asile, la socialiste Simonetta Sommaruga, met en place des centres fédéraux de procédure pour accélérer les renvois et veut augmenter massivement le nombre de centres de détention administrative pour enfermer les migrant·e·s en situation irrégulière. Elle est sur la même longueur d'onde que son homologue socialiste français, Manuel Valls, coupable de déclarations racistes à l'encontre des Roms, et de pratiquer une politique dans la continuité de ses prédécesseurs au Ministère de l'Intérieur de droite.

À Genève, l'extrême-droite a rassemblé près d'un tiers des suffrages lors des dernières élections cantonales cet automne 2013. En France, le Front National sera peut-être bientôt le premier parti du pays !

Le 22 septembre 2013, les Tessinois-e-s ont accepté à 65,4 % d'inscrire dans leur constitution l'interdiction du port de la burqa en public. Cette interdiction légale générale de la burqa ou du port du voile dans l'espace public, dirigée contre les musulmanes, est discriminatoire, une discrimination à l'encontre d'une minorité religieuse clairement visée, mais aussi à l'encontre des femmes en général.

La disparition de plus de 300 immigrés (femmes, enfants, hommes) qui vient de se produire au large de l'île de Lampedusa a suscité l'indignation dans le monde entier.

Une tragédie qui met en lumière, malheureusement pour la énième fois, l'un des drames humains des temps modernes les plus atroces. La Méditerranée est devenue le plus grand cimetière marin du monde, plus de 20'000 migrants à la recherche d'un monde meilleur y ont trouvé la mort. La Suisse, comme l'Europe forteresse, porte une lourde responsabilité dans ce drame. Ces migrant-e-s sont les premières victimes des désordres du monde, avec leurs cohortes de misère, leurs guerres fabriquées pour asseoir la domination des puissants et leurs gouvernements totalement corrompus, à la solde des intérêts des Etats occidentaux.

Quelles sont les logiques des politiques migratoires mises en œuvre en Suisse ou en Europe ? Quels sont les rapports de ces politiques avec la crise économique et sociale qui se développe aujourd'hui ? Pourquoi le racisme se développe aujourd'hui avec une telle force ? Comment lutter toutes et tous ensemble contre le racisme, la xénophobie, l'islamophobie ?

 

Pourquoi ces cycles de conférences ?

Le monde est entrain de changer, chacun s'en rend compte. Mais quels sont les processus actuels importants à l'échelle internationale comme nationale ? Comment les comprendre et quelles conséquences en tirer ? Face à ces questions, nous, jeunes militants politiques, avons décidé d'organiser des conférences publiques régulières dans les mois à venir. Ceux-ci ne se veulent pas uniquement être des sessions de formation, mais surtout des espaces de discussion collective. Nous avons décidé d'opposer à la consommation de (dés-)information de la presse bourgeoise une autre forme de partage de savoir, partant de positions combatives et solidaires.

Si comme nous tu penses que le capitalisme n'est pas un horizon indépassable, viens participer et n'hésite pas à prendre contact avec nous pour poursuivre la lutte!

 

Rejoins-nous sur Facebook : Groupe jeunes de solidaritéS

ou contacte-nous par e-mail : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.