Logo

2014-04-15-journee-luttes-paysannes

 

Journée Internationale des Luttes Paysannes

MARDI 15 AVRIL · 18H
PLAINE DE PLAINPALAIS

Installation d'une courge géante sur la plaine et distribution de graines – conférence de presse – apéro

 

Télécharger le flyer (PDF)

 

Le 28 avril : chez soi ou au jardin, semer les graines et bien arroser

Différents lieux ont d'ores et déjà été choisis pour accueillir les plantons. Mais la liste peut s'élargir : écoles, parcs communaux, mairies ou autres lieux se prêtant à la culture en commun des courges peuvent venir compléter la liste des jardins.

 

Et que ce soit dans les lieux que vous nous proposerez ou sur l'un de ceux déjà choisis, venez chercher des graines et préparer des plantons que nous planterons et récolterons ensemble !!!

Des graines seront disponibles le 15 avril à Plainpalais, mais aussi aux Artichauts (serres du parc de Beaulieu) et dans les différentes initiatives d'agriculture contractuelle du canton :

L'Affaire TourneRêve, Les Ares et Vous, La Ferme du Monniati, Le Jardin de Max, Les potagers de Gaïa, Les Jardins de Cocagne, Les cueillettes de Landecy, Le Jardin des Charrotons, Cultures Locales

Plus d'infos sur http://courges2014.wordpress.com

 

Origine de cette journée d'action : Le 17 avril 1996 au Brésil, les forces de l'ordre ont brutalement réprimé une manifestation de paysannes et paysans du Mouvement des Travailleurs Ruraux Sans Terre, qui exigeaient la mise en œuvre d'une réforme agraire. Plus de vingt personnes furent tuées et des dizaines d'autres blessées, pourtant, aucun des responsables de ce bain de sang n'a été emprisonné ni puni depuis. C'est en mémoire de ce jour que cette date fut choisie pour une journée d'action en faveur des luttes paysannes dans le monde.

Et ces luttes nous concernent tous, paysannes, paysans, consommatrices et consommateurs, parce qu'il s'agit de produire ce que nous mangeons en respectant la terre, et que se nourrir est un besoin vital. De même que nous habitons tous sur la même planète et désirons la préserver pour les générations futures.

Nous voulons défendre le droit à l'alimentation et la souveraineté alimentaire. Comme le mentionnait le 10 mars dernier Olivier De Schutter, rapporteur spécial des Nations Unies sur le droit à l'alimentation, la démocratie alimentaire doit être ascendante, c'est à dire partir des villages, des régions, des villes et des municipalités. La sécurité alimentaire doit se construire à l'échelle locale, autour du renforcement des capacités des petits agriculteurs et la priorité doit être de promouvoir les circuits courts. Il est essentiel qu'en- suite les villes identifient les difficultés logistiques et les points de tension de leurs chaînes d'approvisionnement alimentaire et qu'elles développent un ensemble de canaux d'approvisionnement en denrées alimentaires, conformes aux souhaits, aux besoins et aux idées de leurs habitants. Dans ce rapport, De Schutter dit aussi que le plus grand déficit dans l'économie alimentaire est d'ordre démocratique. Que si nous misions sur les connaissances des gens et si leurs besoins et préférences étaient mieux pris en compte dans l'élaboration de politiques alimentaires à tous niveaux, la transition vers des systèmes alimentaires durables s'en trouverait grandement facilitée. Il ajoute que de nouvelles innovations sociales aux quatre coins du monde prouvent qu'il est possible de rétablir le lien entre les consommateurs urbains et les producteurs alimentaires locaux, tout en diminuant la pauvreté rurale et l'insécurité alimentaire.

 

La souveraineté alimentaire n'est pas un label pour vendre des produits de niche, c'est un mouvement... alors engagez-vous!

L'agriculture contractuelle de proximité fait partie innovations et cette année, pour célébrer cette journée internationale des luttes paysannes, nous vous proposons une action participative autour d'un légume connu de tous: la courge.

Cette plante est mangée sur tous les continents. Apprêtée de nombreuses manières, elle est le reflet d'une diversité de formes et de couleurs, et sa multiplication est encore, en partie au moins, en main des producteurs. Le semis, la plantation et la récolte collective de magnifiques courges a pour but de montrer l'engagement commun des citadin-e-s et des paysan-e-s dans un esprit de prise en charge commun et de partage d'une culture nourricière, du plaisir et de l'abondance symbolisé par la courge.

Ne laissons pas l'agro-industrie et les supermarchés nous dicter nos choix alimentaires! Choisissons ensemble les légumes et les variétés que nous voulons voir dans nos champs et dans nos assiettes!

 

org. FRACP, Plateforme pour une agriculture socialement durable, Groupe écosocialiste de solidaritéS, L'Autre Syndicat, Uniterre...