Logo

2012-salinas-flyer-web-sm

CHILI

Après le mai 68 des étudiant·e·s, comment poursuivre la lutte ?

 

Soirée — débat avec :

Sebastian FARFAN SALINAS

Mardi 11 décembre 2012 · 20h15

Maison des Associations

Salle Rachel Carson (15, rue des Savoises · 1205 Genève)


Télécharger le flyer (PDF)

 

 

Au printemps 2011, le formidable soulèvement de la jeunesse chilienne a donné un exemple à l'Amérique latine et au monde entier, inspirant un an plus tard la révolte des universités québécoises.

Appuyé par une large solidarité populaire, il a redonné du courage au mouvement social, qui refuse de baisser les bras ou de se contenter de solutions du moindre mal. Comment faire face aujourd'hui au refus de toute concession de la part des conservateurs au pouvoir, mais aussi à la tentative des politiciens de centre gauche de récupérer les luttes de la jeunesse pour revenir aux commandes en novembre 2013 ? De 1990 à 2010, alors qu'ils étaient à la tête du pays, n'avaient-ils pas précisément permis l'explosion des inégalités sociales, favorisé le lancement de méga-projets hydro-électriques en Patagonie – au détriment du peuple mapuche et de l'environnement –, et accepté le maintien du système éducatif privatisé depuis la dictature de Pinochet ?

Pour débattre de la construction d'une véritable alternative politique, nous avons invité Sebastian Farfán Salinas, étudiant en histoire de Valparaiso, âgé de 24 ans, ancien responsable national de la CONFECH (Confédération des étudiants), et leader actuel de l'Union Nacional Estudiantil (UNE), qui s'efforce de regrouper la gauche anticapitaliste chilienne dans les universités.

 

Org. Bimensuel solidaritéS
Avec la collaboration de : Attac-Genève, CADTM, CETIM, Indignés espagnols à Genève, Jeunes en Lutte, Groupe Jeunes de solidaritéS, UNIA-Jeunes