Hier, un groupe d'hommes a violemment agressé cinq femmes. Aujourd’hui 250 personnes se tiennent debout en solidarité avec les victimes de cet acte, et pour faire bloc contre les violences sexistes.

Tout a commencé par l’agression d’une femme par plusieurs hommes au sortir d’une boîte de nuit, Le Petit Palace, en Vieille Ville de Genève. Quatre autres femmes sortant du même établissement ont voulu lui porter secours avant d’être elles aussi prises à partie avec une extrême brutalité.

Le courage et la solidarité exemplaires dont ont su faire preuve ces cinq femmes suscitent notre admiration et notre respect. Celles-ci se sont défendues contre leurs agresseurs, et se sont porté un secours mutuel.

Blesser l’une d’entre nous est une atteinte faite à nous toutes. Et c’est donc ensemble que nous faisons front contre le sexisme et l'hétérosexisme.

Cette agression n’est pas un fait divers. Elle est un évènement particulièrement choquant qui dit beaucoup des discriminations sexistes. En Suisse, une femme meurt toutes les deux semaines des suites de violences machistes, et beaucoup plus sont blessées physiquement et moralement. Il est temps de dire « assez ! » et de faire du combat contre ce fléau une priorité sociale et politique.

Le sexisme est présent dans toutes les sphères de la société, de manière ouverte comme de façon plus insidieuse. Le sexisme ordinaire, présent partout, constitue le terreau d’agressions subies chaque jour par les femmes et les minorités de genre.

Pour faire cesser les violences sexistes de genre, il faut agir sur tous les plans, et de façon urgente. Que ce soit dans l’éducation des enfants, l’aménagement de l’espace public, par la modification de l’image des femmes dans la publicité et les médias, dans la formation des enseignant-e-s, des agent-e-s de police et des magistrat-e-s, il n’y a pas de temps à perdre pour lutter contre l’intolérable.

L’égalité c’est maintenant, au travail, dans l’espace public, dans la famille et dans le couple ! C’est pourquoi des groupes féministes organisent une grève à l’échelle nationale, le 14 juin prochain. Nous appelons dès maintenant à soutenir cette grève féministe et à la construire.

Pour exprimer notre solidarité avec les cinq femmes agressées et notre condamnation des violences sexistes.

Contact:

Marianne Ebel - Marche Mondiale des Femmes
Aude Martenot - solidaritéS

Amnesty International UNIL — Groupe regards critiques — Laliste — Le Deuxième observatoire — Lestime — L'Escouade — Les Créatives — Lilith — Marche mondiale des femmes — Projet D — Pôle agression violence (PAV) — solidaritéS

Aktuell

À signer

 

Référendum fédéral

NON à RFFA (Réforme de la fiscalité et du financement de l'AVS)

2018 10 rffa logo SM

Télécharger en PDF

Université de Printemps

 Université de printemps
17—19 mai 2019 · Vaumarcus

2017 uni printemps sol IMG1

Réservez la date!

Programme 2018

Genève

Vaud

Neuchâtel