Rassemblement de solidarité avec les femmes russes à Lausanne

Unknown

Un rassemblement de solidarité internationale avec les femmes russes a été organisé aujourd’hui à Lausanne, devant le Consulat Général Honoraire de la Fédération de Russie. Notre communiqué : 


Non à la dépénalisation des violences domestiques en Russie !

Mercredi 25 janvier, sur proposition du gouvernement de Vladimir Poutine, soutenu par l’Eglise orthodoxe, le parlement russe a adopté à une écrasante majorité une loi qui dépénalise les violences domestiques. Elles ne seront plus punissables lorsqu’elles n’aboutissent pas à des blessures graves ou ne se produisent pas de façon répétée. Pourtant, dans la Fédération de Russie, 36 000 femmes sont battues chaque jour par leur partenaire, et une centaine d’entre elles trouvent la mort. « S’il vous bat, c’est qu’il vous aime », dit un vieux proverbe.

Soutien aux féministes de Russie

« Le pouvoir veut faire trois pas en arrière en dépénalisant complètement la violence et en retirant aux victimes leur seul mécanisme de protection », s’insurge un groupe féministe de Moscou. Ce collectif convoque une manifestation, ce samedi 4 février, dans un quartier nord de la capitale, après avoir vu son premier appel à un rassemblement interdit au centre, sur la place Bolotnaïa. Nous leur apportons notre soutien total, dans le prolongement des formidables manifestations des femmes états-uniennes contre l’investiture de Donald Trump.

La dépénalisation des violences domestiques, qui livre les femmes et les enfants aux abus des hommes, fait suite à bien d’autres mesures visant à réaffirmer les « valeurs » patriarcales traditionnelles en Russie, notamment en discriminant systématiquement les personnes LGBT. En juin 2013, on se souvient ainsi que la Douma avait voté une loi « contre la propagande homosexuelle », qui punit toute manifestation homosexuelle dans l’espace public d’une lourde amende.

Un régime autoritaire et réactionnaire

Nous assistons sous nos yeux au durcissement d’un régime autoritaire, obscurantiste et réactionnaire en Russie, sous la houlette de Vladimir Poutine. Parmi ces évolutions inquiétantes, on mentionnera notamment :

La répression, l’emprisonnement, voire l’assassinat des opposant-e-s politiques ; les restrictions multiples aux droits de réunion et de manifestation ; la persécution systématique des journalistes, des blogueurs et des internautes critiques ; le harcèlement et l’interdiction d’un nombre toujours croissants d’ONG (le siège d’Amnesty International vient d’être fermé à Moscou).

Le retour des vieux démons impériaux: intervention armée officieuse en Ukraine orientale (le nombre de soldats russes tués reste un secret d’Etat) et répression contre les opposants et le peuple tatar dans la Crimée annexée.

Organisation: solidaritéS-VD – Groupe féminismeS de solidaritéS

3 février 2017, 15:53 | Non classé

Trackback URI | Comments RSS

Répondre

This blog is kept spam free by WP-SpamFree.