Archive Education

Conférence-débat: MAI 68, QUEL HÉRITAGE AUJOURD’HUI ?

Jeudi 19 avril à 20h15
À Pôle Sud (J-J Mercier 3, Lausanne)

Avec
ALAIN KRIVINE
Ancien militant de la Jeunesse communiste révolutionnaire
Membre actuel de la direction du NPA

Partager l’événement Facebook
Télécharger le flyer
Télécharger l’affiche

TEXTE D’INVITATION

Les années 1968 ont été un tournant dans l’histoire de la gauche radicale à travers le monde. Elles furent marquées par des mobilisations politiques et sociales d’envergure extraordinaire. A l’occasion des 50 ans de Mai 68, solidaritéS invite Alain Krivine, aujourd’hui membre de la direction du Nouveau Parti Anticapitaliste (NPA) et à l’époque militant de la Jeunesse Communiste Révolutionnaire.

Alain Krivine reviendra sur les mobilisations qui se sont développées en France cette année-là et sur l’importance des liens qui se sont formés entre les mouvements étudiants et ouvriers.

Entrainant des millions de personnes dans les rues, les grèves et les manifestations de masse qui en découlèrent constituent les plus grandes explosions sociales en France dans l’histoire récente. Elles ont entre autres permis d’obtenir en deux mois la hausse du salaire minimum, la hausse générale des salaires et une 4ème semaine de congés payés.

Si la situation politique et sociale est très différente aujourd’hui, nous discuterons des inspirations et des leçons que nous pouvons tirer des mouvements des années 1968, ainsi que des mobilisations de grande ampleur qui peuvent à nouveau voir le jour.

Dans cette perspective, nous aborderons une série de thèmes : Quelles formes donner aux organisations politiques aujourd’hui? Comment permettre la participation et l’auto-organisation des salarié-e-s? Comment articuler un programme politique global pour une transition anticapitaliste, antiraciste, féministe, internationaliste et écosocialiste?

avril 03 2018 | Activités and Economie and Education and En mouvement and international and Non classé | aucun commentaire »

L’EPFL met au point des machines renifleuses pour les frontières de l’UE

Rolex-Learning-Center-Lausanne-16

Les frontières extérieures de l’UE sont régulièrement « durcies » militairement. C’est une aubaine de millions d’euros pour des entreprises actives dans la défense. Des universités en bénéficient aussi. Ainsi, l’EPFL reçoit des centaines de milliers d’euros pour aider l’agence Frontex à sceller militairement l’Europe-forteresse comme le montrent un récent article paru récemment dans la WOZ que nous reprenons ici.

Un exemple concret est le laboratoire de capteurs, actionneurs et microsystèmes (SAMLAB), qui appartient à l’EPFL. Celui-ci est impliqué dans le projet Sniffer, dont l’objectif déclaré est la conception d’une machine renifleuse équipée de biocapteurs. Sniffer viendra seconder les chiens de détection utilisés par Frontex. Car les chiens ont un certain nombre d’inconvénients, comme l’explique le site Web du projet : «Les chiens ne peuvent être dressés que pour un nombre limité d’odeurs, ils sont rapidement fatigués et ils sont mal acceptés par le public.» Avec le projet Sniffer, ces inconvénients seront résolus, ce qui permettra aux gardes-­frontières de mieux «rechercher des substances illégales dans des valises ou des personnes cachées dans des conteneurs.» […] lire la suite »

avril 25 2015 | Economie and Education and Elections fédérales and Lausanne and Migrant-e-s | aucun commentaire »

EPFL : nouvelles complicités entre les Hautes écoles et le secteur privé

AR05_culture_archi_rolex_une-640x371

Le 2 décembre dernier, nous apprenions via le site internet du magazine Bilan que le président de l’EPFL a été nommé à la tête du plus grand fonds de capital-risque lié à une entreprise dans le secteur des sciences de la vie, le Novartis Venture Funds. Cette nouvelle position acceptée par Patrick Aebischer renforce encore davantage la symbiose entre les hautes écoles publiques, financées par les contribuables, et l’économie privée. 

Après Nestlé Health Science et Lonza, Novartis !

Dans l’édito d’un numéro précédent (solidaritéS nº 248 15.05.2014) nous avons mis en lumière la convergence inquiétante d’intérêts entre multinationales et hautes écoles en Suisse, en particulier à l’EPFL. Ainsi, le président de cette haute école romande, Patrick Aebischer, défend résolument le droit de veto de Nestlé sur la nomination des pro-fes-seur·e·s à l’une des deux chaires que l’entreprise suisse finance à l’EPFL. De plus, un institut de recherche en santé a été implanté sur le campus de l’EPFL, le Nestlé Institute of Health Sciences, avec un corrélaire dans le monde économique, le Nestlé Health Science S.A. Et qui retrouvons-nous à la tête de ce dernier ? Patrick Aebischer en personne ! M. Aebischer fait également partie du conseil d’administration de Lonza, autre géant du secteur chimique et pharmaceutique.

lire la suite »

janvier 12 2015 | Education and Lausanne and UNIL and Vaud | aucun commentaire »

Libertés en danger à l’Université
 de Lausanne

BILDUNG, UNIVERSITAET, UNI, HOCHSCHULE, GENF, AUSSENANSICHT, GEBAEUDE, HAUPTGEBAEUDE, STUDENTEN, STUDENT, UNIVERSITY

La Direction de l’Université de Lausanne a publié une directive restreignant les droits d’expression politique sur le campus. Suite à la mobilisation, cette directive a été rapidement retirée. Est-ce une simple erreur ou le signe d’une volonté de faire taire tout propos critique ?

Depuis le mercredi 8 octobre, les murs du bâtiment Anthropole de l’Université de Lausanne sont extraordinairement vides. En effet, plus aucune trace de l’affichage foisonnant qui caractérisait cet espace d’étude des sciences humaines. En cause : l’application d’une nouvelle directive, dite 5.4, de la Direction de l’Université de Lausanne. Entrée officiellement en vigueur le 1er septembre 2014, la Direction a « attendu » la campagne du syndicat SUD, qui dénonçait les revenus extrêmement bas des stagiaires post-master, pour rendre visible cette nouvelle directive jusque là inconnue de la grande majorité de la communauté universitaire. 
lire la suite »

novembre 10 2014 | Education and UNIL | aucun commentaire »

Jeunes migrant.e.s luttez pour vos droits!

Manif lausannoise du 11 juin 2014 – photo François Graf

juin 12 2014 | Antiracisme and Education and Images et paroles and Lausanne and Vaud | aucun commentaire »

Université de printemps de solidaritéS 2014

Michel Husson lors d’un atelier de l’Université de printemps 2013

Les 16, 17 et 18 mai 2014 aura lieu à Lignerolle (La Bessonnaz, dans le Jura vaudois) la cinquième édition de notre Université de Printemps. L’occasion de débattre, d’échanger et de se détendre au vert tout un weekend.

Deux jours et demi de débats et d’échanges y auront lieu sur le thème:

«Offensives réactionnaires et résistances»

S’intéresser aux offensives réactionnaires et aux résistances, c’est non seulement mieux reconnaître le sous-sol dans lequel prennent racine les idées réactionnaires et néo-conservatrices actuelles, mais surtout affirmer la nécessité, à chaque fois renouvelée, de comprendre pour agir, de penser pour lutter…
Avec la première plénière du vendredi soir et plusieurs ateliers tout au long du week-end, nous tâcherons notamment de faire le point sur les mouvements d’extrême droite en Suisse et en Europe, mais aussi, et peut-être surtout, sur les alternatives radicales et les ruptures nécessaires qui s’imposent à gauche pour faire face au changement de période que nous vivons.

Trois «meetings» en plénière :
— vendredi 16 mai à 20h: «Faire face aux extrêmes droites européennes»
— samedi 17 mai à 16h15: «Le revenu de base inconditionnel, une solution pour sortir de l’esclavage salarié?»
— dimanche 18 mai à 13h30: «Après « Occupy »: vers une nouvelle gauche sociale et politique aux USA»

De très nombreux ateliers thématiques…
Des animations musicales et culturelles diverses…
Une crèche sera à disposition des parents pour les heures d’ateliers et plénières, sous condition d’annonce préalable!

Téléchargez le programme (pdf)

Attention: le délai d’inscription est fixé au lundi 12 mai.
Inscrivez-vous rapidement, le nombre de places est limité, en écrivant à UniPrintemps

avril 18 2014 | Antiracisme and Eco-logique and Economie and Education and Féminin/masculin and international and National and Travail and Vaud | aucun commentaire »

Les luttes de soutien aux migrant·e·s : quelles expériences, quelles perspectives ?

Le deuxième volet du cycle de formation 2014 proposé par solidaritéS Vaud, « Luttes pour le droits des migrant·e·s » sera donné par Jean-Michel Dolivo, avocat. Comme d’habitude, cette séance est ouverte à toutes et tous et ne nécessite pas de connaissance préalable.

Samedi 15 février
14 h — 17 h
Dickens 6

6 avenue Charles-Dickens, Lausanne
Entrée libre

En Suisse, le racisme d’Etat est inscrit dans la loi : jusqu’en 2008, la loi fixait, noir sur blanc, que les autorités devaient tenir compte du « degré de surpopulation étrangère » lorsqu’elles délivraient une autorisation de séjour. Aujourd’hui, la loi utilise pudiquement l’expression « d’évolution socio-démographique »… Un seuil de tolérance, 18 %, 20 %, 25 % ? En 1970, l’initiative populaire de James Schwarzenbach Contre l’emprise étrangère recueille 46 % de oui. L’initiative UDC Contre l’immigration de masse, l’initiative ECOPOP Halte à la supopulation – oui à la préservation durable des ressources naturelles, qui va être mis en votation prochainement, constituent autant de remises en cause des droits des migrant∙e∙s.

A Genève, l’extrême-droite raciste a rassemblé près d’un tiers des suffrages lors des dernières élections cantonales, cet automne 2013. Le 22 septembre 2013, les citoyens∙ennes tessinois∙es ont accepté à 65,4 % d’inscrire dans leur constitution l’interdiction du port de la burqa en public.

La conseillère fédérale en charge des questions de migration et d’asile, la socialiste Simonetta Sommaruga, met en place des centres fédéraux de procédure pour accélérer les renvois et veut augmenter massivement le nombre de centres de détention administrative pour enfermer les migrant-e-s en situation irrégulière. Elle est sur la même longueur d’onde que son homologue socialiste français, Manuel Vals.

Quelles sont les logiques des politiques migratoires mis en œuvre en Suisse, en Europe ? Quelles ont été et sont les positions des organisations syndicales, de la gauche institutionnelle ? Quelles sont les histoires, en Suisse, des luttes des migrant∙e∙s pour la défense de leurs droits, qu’ils-elles aient été ou soient, travailleurs∙euses, saisonniers∙ères ou avec des permis B, sans-papiers, requérant∙e∙s d’asile ? Quels liens entre avec l’action collective, sur les conditions de travail, de logement, d’habitat, de formation ? Comment développer aujourd’hui un mouvement social de résistance, dont les migrant∙e∙s sont les acteurs∙trices ? avec les nouvelles générations de migrant∙e∙s ? et avec quels objectifs ?

février 05 2014 | Antiracisme and Education and international and Lausanne and National | aucun commentaire »

Un jeune iranien de 13 ans menotté par la police pour être renvoyé avec sa mère en Italie, délit d’inhumanité dans le canton de Vaud ?

Interpellation déposée au Grand Conseil vaudois le mardi 7 janvier 2014 par Jean-Michel Dolivo (La Gauche, POP–solidaritéS)

Le 4 décembre 2013, voilà ce qui s’est passé dans le foyer de l’EVAM à Valmont, Lausanne, selon le témoignage de la maman du jeune iranien (né le 05.11.2000), et quelles ont été les conditions du renvoi de cette mère et de son fils en Italie :

« C’était à 6h du matin. Huit policiers sont venus, quatre étaient en uniforme. Mon fils et moi nous dormions. La police nous a demandé de descendre du lit. Ils ont attrapé mon fils violemment par le poignet de l’ont forcé à baisser la tête en faisant une pression sur sa nuque. Ils l’ont tiré avec brutalité dans le couloir. Ils ne nous ont pas laissé nous habiller. Mon fils portait un tee-shirt et un short. J’avais un tee-shirt et un training. Nous n’avions rien aux pieds. Les policiers ont mis les chaussures de force à mon fils et l’ont poussé. Les voisins ont essayé de nous aider mais les policiers les ont repoussés. Ils nous ont passé les menottes à mon fils et à moi.
lire la suite »

janvier 14 2014 | Antiracisme and Education and Grand Conseil and international and Lausanne and Logement and National and Santé and Vaud | aucun commentaire »

Vivre et étudier sans galère: des bourses pour le faire !

Dans le froid hivernal, 300 personnes, pour la plupart jeunes et étudiant·e·s ont battu le pavé lausannois le 18 décembre 2013 pour dénoncer la baisse ou la suppression de certaines prestations dans les bourses d’études et d’apprentissage.

Tout d’abord non-autorisée par la Municipalité à majorité rose-verte, la manifestation a finalement pu être organisée en déplaçant le rassemblement de départ de la place Saint-François au Parc de la grenouille, afin de ne surtout pas gêner les badauds pris dans le tourbillon hystérique des achats de Noël. La manifestation a pu compter sur un élan solidaire intercantonal avec des délégations valaisannes, neuchâteloises, fribourgeoises et genevoises qui avaient fait le déplacement et qui n’ont pas manqué de dénoncer les coupes budgétaires faites aux bourses de leur propre canton. En Valais en particulier, le Conseiller UDC Oskar Freysinger, en charge de la formation, a prévu 3 millions de coupes dans les bourses au budget 2014 de son Département : une décision qui affectera notamment les quelques 1000 étu­diant·e·s valaisans présents à l’Université de Lausanne.
lire la suite »

janvier 13 2014 | Economie and Education and Grand Conseil and National and Vaud | aucun commentaire »

Droit à l’avortement : battons le pavé pour les droits des femmes, samedi 18 janvier à Lausanne !

Face à l’initiative de la droite réactionnaire « Le financement de l’avortement est une affaire privée », qui nous ramène à un débat d’il y a quarante ans en arrière en matière de droits des femmes, il est urgent de se mobiliser et de renforcer un mouvement féministe combatif incluant les nouvelles générations. Derrière un argumentaire financier hypocrite (les coûts des avortements équivalent à 0,02 % des coûts globaux de la santé, à savoir 5 centimes par mois pour chaque personne majeure assurée), ce sont les droits des femmes qui sont visés. Chaque femme doit être libre de disposer de son corps en ayant le choix d’interrompre une grossesse non voulue, et ce, indépendamment de ses ressources financières. Rappelons aussi que chaque homme est co-responsable lors d’une grossesse non-désirée. C’est pourquoi, nous vous appelons toutes et tous à vous rassembler pour manifester bruyamment pour défendre le droit à l’avortement libre et remboursé par l’assurance :

samedi 18 janvier 2014
14 h
place Saint-François

Organisée par le CLAC – Collectif pour la liberté de l’avortement et de la contraception. Site web. Page Facebook.

janvier 10 2014 | Economie and Education and Féminin/masculin and Féminisme and National and Santé | 1 Commentaire »

Suivant »