Archive Conseil communal

Contrôles au faciès, discriminations raciales, mauvaises pratiques policières: Ensemble à Gauche proteste, la majorité PS-Verts de Lausanne défend qu’il est urgent de ne rien faire.

Communiqué de presse — Mardi 20 mars 2018

Une année après la mort d’Hervé Mandundu à Bex et trois mois après celle de Lamin Fatty à Lausanne, un autre homme noir est mort dans notre région après une interpellation de police. Sans présupposer des causes précises de ce décès, ces cas sont révélateurs d’une forme de racisme structurel qui se décline dans toutes les sphères de la société, et dont la police n’est pas exempte. Pour le groupe Ensemble à Gauche (EàG), la Municipalité et la majorité rose-verte de ce conseil porte une lourde responsabilité politique. EàG dénonce la politique sécuritaire de la Municipalité de Lausanne. Celle-ci mène à des abus, des mauvaises pratiques et des usages excessifs de la force, provoquant parfois des drames.

Mercredi 28 février, Mike, d’origine nigériane, a perdu la vie après une interpellation de police. Il avait de la famille qui le pleure aujourd’hui. Il était membre du collectif Jean Dutoit, composé de personnes noires en situation irrégulière de séjour qui se battent pour leurs droits. Ces morts nous rappellent que les politiques racistes et sécuritaires qui ont cours en Suisse et dans le canton de Vaud peuvent être littéralement mortelles. Etre un jeune homme noir, ici à Lausanne comme ailleurs en Suisse, fait de vous une cible toute désignée au racisme d’Etat. L’accès aux logements, à l’éducation ou même tout simplement à l’espace public relève pour cette population du parcours du combattant. Et lorsqu’on est marginalisé par son statut légal, on devient encore plus vulnérable. Les témoignages des hommes noirs sont alarmants : violences policières, profilage racial, humiliation et insultes dans le cadre d’interventions de police et, dans les pires des cas, la mort.

La politique de la Municipalité en matière de lutte contre le trafic de stupéfiants est ici particulièrement mise en cause. Depuis le tournant sécuritaire entamé par la majorité municipale en 2012, les pratiques policières exacerbent les tensions et rendent le climat des plus délétères. A l’époque, Daniel Brélaz et Grégoire Junod promettaient de faire disparaître le deal de rue en quelques mois, par une stratégie consistant à « harceler » de façon méthodique et systématique les revendeurs de bout de chaîne.

Or, force est de constater que six ans plus tard, la situation n’a pas réellement évolué et s’est même détériorée. L’objectif de faire disparaître ne serait-ce que la part la plus visible du problème de la consommation de stupéfiants n’a pas été atteint. Cette politique alimente un climat de peur, de tensions et de violences, qui ont un impact négatif sur la population, en particulier les personnes noires habitant à Lausanne.

Le 20 mars 2018, EàG a interpellé la Municipalité de Lausanne, pour questionner la politique sécuritaire de la ville. Dans le cadre de la discussion, EàG a déposé deux résolutions (cf. annexe). La première proposait de réévaluer la politique de sécurité de la ville pour sortir de cette stratégie du harcèlement. La seconde invitait la Municipalité à favoriser une approche humanitaire et sociale de la situation, plutôt que sécuritaire et répressive. Toutes deux ont été rejetées en bloc par le plénum. Ainsi, la majorité rose-verte du Conseil communal et de la Municipalité confirme par leur vote leur responsabilité politique devant ces drames et ces abus.

Nous demandons que les voix de ces personnes noires soient réellement prises en compte. Nous voulons que justice soit faite pour Mike et pour toutes et tous les autres. Nous exigeons que les violences policières cessent tout de suite !

Dès la semaine prochaine, nous défendrons au Conseil communal des mesures telles que la mise sur pied d’une instance indépendante pour les dépôts de plainte contre les mauvaises pratiques policières, ainsi que l’introduction d’un reçu délivré à l’occasion de chaque interpellation.

mars 20 2018 | Antiracisme and Conseil communal and Immigration/racisme and Migrant-e-s and Municipalité | aucun commentaire »

Sleep-in : les élu-e-s solidaires des migrant-e-s

tumblr_o3gksjfP3R1ufu8tz_og_1280

Les soussigné.e.s, élu.e.s aux législatifs des villes de Lausanne et Renens, dénoncent fermement les pratiques policières abusives (confiscation d’argent et de papiers), les contrôles au faciès et les mesure coercitives pratiquées contre des migrant.e.s aux alentours du Sleep-in de Renens. Ces démarches vont à l’encontre du respect de la dignité humaine et de la défense des droits fondamentaux qui incombent au canton et aux autorités de ces villes.

Les migrant.e.s trouvant refuge au Sleep-in de Renens sont pour la plupart sans-papiers ou menacé.e.s de renvoi dans le cadre des accords « Dublin », et n’ont d’autres perspectives que la précarité extrême de la rue ainsi que la survie au jour-le-jour, fautes de politiques inclusives des autorités fédérales et cantonales qui leur permettraient d’avoir une place dans la société. La répression à laquelle s’associent les Municipalités de Lausanne et de Renens ne fait que renchérir cette misère du quotidien, sans y apporter aucune solution concrète. Cette politique de répression ne fait que repousser les migrant.e.s en dehors des frontières communales ou cantonales. Ceux-ci et celles-ci reviendront irrémédiablement, car il est illusoire de penser que ces mesures coercitives limiteront les flux migratoires ou enlèveront aux migrant.e.s leur envie et leur droit inaliénable de rechercher un futur et une perspective de vie digne.

Nous sommes pleinement solidaires des habitant.e.s des Jardins du Sleep-in et des personnes arrêtées à la suite des déclarations scandaleuses de Mme Sommaruga, le 6 juin 2016. Nous nous tenons à disposition de ces personnes et des citoyen.ne.s solidaires, dans la mesure de nos moyens, pour porter leurs revendications dans le débat public et contribuer à améliorer leurs situations. Nous nous battons en particulier pour que les villes de Lausanne et Renens cessent immédiatement d’appliquer les mesures de contraintes à l’égard des personnes sans-papiers ou requérant.e.s d’asile, pour une augmentation du budget alloué aux structures d’accueil d’urgence telles que le Sleep in de Renens, pour l’ouverture rapide de 1’500 places d’accueil supplémentaires pour l’accueil des réfugié.e.s qui ont traversés la Méditerranée ou les barbelés des frontières turques. Et surtout, nous défendons la création de mesures et de programmes visant à l’employabilité et à la rémunération directe des migrant.e.s.

Lausanne et Renens doivent enfin se déclarer « Villes-Refuge », et mettre sur pieds une politique en cohérence avec une telle déclaration d’intention.

(Communiqué de presse à l’attention des représentant.e.s de la presse vaudoise)

Les Conseillers-ères communaux-ales signataires:

Johnson Bastidas (Fourmi Rouge, Renens)
Martha Isabel Bejarano (FR, Renens)
Hadrien Buclin (Ensemble à Gauche, Lausanne)
Claude Calame (EàG, Lausanne)
Pierre Conscience (EàG, Lausanne)
Jean-Michel Dolivo (EàG, Lausanne)
Johann Dupuis (EàG, Lausanne)
Alain Hubler (EàG, Lausanne)
Pierre-Yves Oppikofer (EàG, Lausanne)
Johan Pain (EàG, Lausanne)
Janine Resplendino (EàG, Lausanne)
Marlène Voutat (EàG, Lausanne)

juin 27 2016 | Accords Dublin and Conseil communal and Migrant-e-s and Non classé | aucun commentaire »

Le Conseil communal de Lausanne refuse l’idée d’une entreprise publique de construction

building-48626_960_720Une majorité des Socialistes et des Verts lausannois se sont alliés à la droite pour rejeter un postulat déposé par le groupe Ensemble à Gauche (POP et solidaritéS). Celui-ci proposait que la Municipalité étudie l’opportunité de mettre sur pied une entreprise publique de construction et de rénovation des bâtiments.

Cette idée novatrice  et ambitieuse vise à ce que la Ville augmente sa marge de manœuvre en matière de politique du logement, dans un contexte où le secteur privé profite de la pénurie pour augmenter fortement les loyers.

Alors même que les taux hypothécaires sont en diminution constante depuis dix ans, les prix des logements mis en location ont doublé. Résultat : près d’un·e locataire sur deux doit débourser plus du quart de son revenu pour se loger.

Avec la mise sur pied d’une telle entreprise, l’idée est aussi de doter la Ville d’un outil efficace pour répondre au défit écologique urgent de l’assainissement énergétique du parc immobilier. Enfin, les conditions de travail des employé·e·s d’une telle entreprise publique seraient conformes à celles fixées dans la convention collective du bâtiment, alors même que, dans le secteur de la construction, se développent actuellement le travail au noir et la sous-enchère salariale.

Hadrien Buclin

mai 01 2016 | Conseil communal and Non classé | aucun commentaire »

Succès d’estime pour la candidature de solidaritéS à la Municipalité de Lausanne

Capture d’écran 2016-03-30 à 13.26.06

La campagne d’Hadrien Buclin au second tour de la Municipalité a rencontré un bon écho, récoltant 24,69% des voix. Un succès d’estime démontrant qu’il existe un véritable espace pour une gauche alternative et combative à Lausanne.

Après un score de 7,53% au premier tour, Hadrien Buclin est passé à 24,69 % au second tour, derrière le candidat du centre patronal et du PLR Pierre-Antoine Hildbrand, élu avec 61,89 %. En termes de suffrages, le score de notre candidat passe ainsi de 2391 à 4332 voix, dans un contexte où la participation recule pourtant nettement. Les deux autres candidat·e·s en lice, l’ancienne secrétaire du PDC Sandrine Cornut et Sinclair Bendo, un inconnu du grand public absent du premier tour, ont réalisé respectivement 6,47 % et 3,44 % des voix. Le score de solidaritéS est d’autant plus honorable que nos moyens financiers étaient très limités dans cette campagne et que les Municipaux PS et Verts appelaient plus ou moins explicitement à voter pour le candidat PLR, même si leur parti laissait en théorie la liberté de vote. Cette attitude contradictoire a suscité l’incompréhension parmi nombre de leurs électeurs·trices et certains de leurs membres, qui ont soutenu publiquement la candidature de notre candidat. Il faut ainsi saluer le soutien de nos camarades popistes, des Jeunesses socialistes ou de certains militant·e·s verts comme Ilias Panchard (co-président des Jeunes Vert·e·s suisses).

Jorge Lemos

mars 30 2016 | Conseil communal and Lausanne and Municipalité | aucun commentaire »

Hadrien Buclin candidat à la Municipalité contre la RIE3!

Jorge Lemos

Apprenant qu’un deuxième tour pour les élections à la Municipalité de Lausanne allait se tenir, solidaritéS a décidé de présenter Hadrien Buclin, sur une liste intitulée « solidaritéS – Pour la défense des services publics: NON à la RIE3 ». Cette liste est soutenue entre autres par Ilias Panchard, Co-président Jeunes Vert-e-s Suisse et par Romain Pilloud, porte parole de la Jeunesse socialiste vaudoise, qui interviennent à la conférence de presse. Il s’agit par cette candidature de présenter une alternative à gauche, pour offrir un choix démocratique réel aux électrices et électeurs lausannois.

La candidature de solidaritéS est en particulier l’occasion de faire campagne contre le volet cantonal de la troisième réforme de l’imposition des entreprises, soumis au vote le même jour que le deuxième tour des élections à la Municipalité. Ce cadeau fiscal aux grands actionnaires, porté par le candidat PLR et représentant du Centre patronal Pierre-Antoine Hildbrand, représenterait en effet une saignée pour les finances de la Ville, avec des pertes allant de 30 à 60 millions par an. Des coupes dans les prestations publiques (accueil de jour de l’enfance, prestations aux retraités, culture, transports en commun, etc.) seraient à prévoir si ce projet devait passer la rampe. Celui-ci entraînerait aussi à terme des hausses de taxes et impôts pour tous les citoyens. Les contreparties annoncées aux villes par le Conseil d’Etat, via une révision de la péréquation, n’ont rien de garanti : on connaît en effet l’opposition farouche de la droite du Grand Conseil à toute révision de la péréquation en faveur des Villes-centres. Pour ces raisons, solidaritéS considère qu’il est nécessaire de centrer le débat, lors du deuxième tour à la Municipalité, sur la nécessité de refuser la RIE 3, parce que celle-ci concerne directement la Ville et ses habitants.

Concernant les conséquences négatives de la RIE 3, Hadrien Buclin souligne en particulier la mise en cause des prestations aux retraités qu’entraineraient les pertes fiscales de la Ville. Ce sujet essentiel a en effet été trop négligé dans les débats du 1er tour. Les Villes sont confrontées – et c’est heureux ! – au défi du vieillissement de la population. Mais cela implique aussi des moyens pour la collectivité, afin de mettre en œuvre un soutien digne de ce nom aux activités sociales et culturelles en faveur des ainés, pour le maintien de l’autonomie, la promotion de la santé (prévention) et la lutte contre l’isolement social. Ces moyens sont mis en cause par la RIE 3.

lire la suite »

mars 07 2016 | Conseil communal and Lausanne and Non classé and RIE3 | aucun commentaire »

Résultats du 1er tour de l’élection à la Municipalité de Lausanne

tract

À l’issue de la campagne électorale de 2016 pour la Municipalité de Lausanne, le mouvement solidaritéS est satisfait du résultat obtenu, au premier tour, par ses deux candidats, Hadrien Buclin et Pierre Conscience. Avec respectivement 7.53% et 5.69% des suffrages exprimés, ce résultat marque une progression depuis 2011 (6.37% pour Isabelle Paccaud et 4.28% pour Hadrien Buclin). Alors que la majorité actuelle a fait élire l’ensemble de ses candidat.e.s au premier tour, ce résultat  démontre qu’un nombre significatif d’électeurs et électrices expriment un point de vue critique, à gauche, vis-à-vis la gestion social-libérale, mise en œuvre ces 25 dernières années par cette majorité.

La position de solidaritéS quant à une éventuelle candidature au second tour à la Municipalité de Lausanne sera rendue publique mardi 1 mars dans la matinée.

Communiqué de presse de solidaritéS, dimanche 28 février 2016

février 28 2016 | Conseil communal | aucun commentaire »

Vevey – Pour une alternative à gauche

Image_VD

Le groupe Décroissance-Alternatives présente 20 candidat·e·s au Conseil communal de Vevey et un candidat à la municipalité, Yvan Luccarini. Entretien avec Alain Gonthier, l’un de ses animateurs.

Peux-tu nous parler de la gauche alternative de Vevey et notamment du groupe Décroissance-Alternatives ?

 Alain Gonthier  Un groupe « de gauche active à fortes préoccupations écologiques » est actif au Conseil communal depuis les élections de 1989. Tout d’abord affilié cantonalement, il s’est autonomisé en 2006 sous le nom « Alternatives », du fait que la majorité des membres n’était politiquement active que localement. Dès 2011, des contacts se sont noués avec le courant de la Décroissance, au fil d’activités associatives communes, de deux référendums communaux victorieux, et d’une participation sous le nom « La Gauche » aux cantonales de 2012. Enfin, lors de l’élection partielle de juin 2015, Alternatives a soutenu la candidature d’Yvan Luccarini (Décroissance), qui a dépassé le candidat PS-Verts au premier tour et n’a échoué au second que de 7 voix dans une triangulaire droite-centre-­« gauche unie ». Une candidature Décroissance-­Alternatives s’imposait donc.

Pourquoi vous présenter à la Municipalité de Vevey, et pour quelles raisons le faire séparément du PS et des Verts ?

Même si cela fait débat entre nous, nous pensons qu’il y a des possibilités de faire avancer nos idées et propositions au sein d’un exécutif communal, y compris en l’absence d’un mouvement populaire fort. De plus, quoi qu’on en pense sur le fond, il faut se présenter à la municipalité pour exister dans les médias, une candidature au seul conseil communal n’étant pour eux digne d’aucun intérêt. Une liste commune « à gauche » n’a même pas été discutée, car faire une seule campagne avec un seul contenu pour le conseil communal et la municipalité est une évidence pour nous. lire la suite »

février 04 2016 | Conseil communal | aucun commentaire »

Yverdon – Pour une alternative à gauche

cc3

Notre militante Tania Diaz sera candidate du groupe « Solidarité & Ecologie – La Gauche » aux élections à la municipalité d’Yverdon. De même que pour la candidature de Pierre Conscience et Hadrien Buclin pour la municipalité de Lausanne, la gauche radicale d’Yverdon a décidé de partir sans les Verts et les roses au premier tour, pour proposer une alternative clairement ancrée à gauche à l’Exécutif de la deuxième plus grande ville du canton. Entretien avec la candidate. (JL)

Tout d’abord, est-ce que tu peux nous parler de la gauche radicale d’Yverdon et notamment du groupe Solidarité & Ecologie – La Gauche ?

 Tania Diaz  L’association S&E a été créée en 1992 et siège depuis au Conseil communal. Le groupe compte une quarantaine de militant·e·s qui sont des citoyen·ne·s indépendant·e·s, membre du monde associatif, du POP, de solidaritéS, de La Gauche ou d’autres formations, mais tou·te·s avec un engagement militant. Tou·te·s expriment le besoin de changements profonds du système économique, social et environnemental. Actuellement, au Conseil communal siègent six conseiller·ère·s de cette formation.

Pourquoi vous présenter à la Municipalité d’Yverdon, et pour quelles raisons le faire séparés du PS et des Verts ?

Je me présente à la municipalité car j’estime que c’est le moment de m’engager à un autre niveau. Par ma profession d’assistante sociale, mes engagements dans le monde associatif et mes activités de militante, je suis sensibilisée à l’importance de l’engagement politique. Ces dernières années, j’ai contribué aux changements de ma ville par mon vote et mon engagement associatif. Aujourd’hui, j’ai envie de m’investir autrement, d’être là où se prennent des décisions importantes concernant la ville et ses habitant·e·s. J’ai envie de défendre des projets pour ma ville. Mes différentes expériences sur  le plan professionnel et militant m’apportent un autre regard, une autre manière d’aborder les problématiques. lire la suite »

février 04 2016 | Conseil communal | aucun commentaire »

72 candidat-e-s d’Ensemble à Gauche aux élections communales 2016 de Lausanne

EC2016_EAG_Tract-f_web

La coalition Ensemble à Gauche (PoP – solidaritéS – indépendant-e-s) lance une liste de 72 candidat-e-s pour les élections communales de Lausanne du 28 février 2015.  Cette liste réunit  33 femmes et 39 hommes pour un engagement solidaire, populaire et écologiste. Nos futur-e-s élu-e-s feront ainsi entendre au Conseil communal une voix clairement ancrée à gauche et sans compromis. lire la suite »

janvier 07 2016 | Conseil communal | aucun commentaire »

Hadrien Buclin et Pierre Conscience pour une alternative à gauche!

Capture d’écran 2015-12-28 à 11.28.24

À Lausanne, solidaritéS Vaud présente deux candidats pour le 1ertour des élections à la Municipalité, le 28 février 2016: Hadrien Buclin (29 ans), conseiller communal et chargé de cours à l’UNIL, et Pierre Conscience (26 ans), secrétaire de notre mouvement et actif au Collectif R. Nous proposons ainsi aux électrices et électeurs lausannois une alternative clairement ancrée à gauche, face au bilan de la Municipalité rose-rouge-verte sortante. Entretien avec les candidats.

Pourquoi vous présenter à la Municipalité de Lausanne, et pour quelles raisons le faire séparés des camarades du POP?

Hadrien Buclin: L’élection à la Municipalité comporte deux tours. Il est décisif qu’au premier tour, chaque sensibilité politique s’exprime. Nous aurions aimé mener la campagne communale ensemble avec nos camarades du POP, sur la base d’une indépendance vis-à-vis du PS et des Verts, et en dressant un bilan critique de la Municipalité sortante. Si nous sommes heureux qu’une liste commune pour le Conseil Communal soit acquise, nous regrettons que le POP ait refusé cette unité pour l’exécutif. En effet, leurs militant·e·s ont opté pour un choix tactique différent : partir dès le 1er tour sur un ticket commun avec le PS et les Verts.

Pierre Conscience: D’un point de vue électoral, nous comprenons cette décision. Néanmoins, faire entendre une autre voix, proposer une vraie alternative à gauche de la politique menée par la Municipalité actuelle nous semble plus important que les calculs électoraux, par ailleurs discutables. En effet, je rappelle que c’est une liste POP–­solidaritéS qui avait permis d’élire Marc Vuilleumier pour la première fois, il y a presque 10 ans. lire la suite »

décembre 28 2015 | Conseil communal and Lausanne and Municipalité | aucun commentaire »

Suivant »