Archive Vaud

Faites un don à la campagne pour le remboursement des soins dentaires!

La campagne pour l’initiative populaire cantonale pour le remboursement des soins dentaires dans le canton de Vaud, qui sera soumise au vote le 4 mars 2018, est lancée.

A défaut d’arguments, nos adversaires ont des moyens considérables pour combattre cette mesure de solidarité et de santé publique. Le Comité d’initiative a beaucoup de forces vives, mais manque cruellement de ressources financières.

Un don de votre part, même modeste, nous permettra de faire accepter cette mesure devant la population. Vous pouvez faire un don par SMS ou sur le CCP du Comité, tel qu’expliqué ci-dessous.

Nous vous remercions par avance pour votre soutien et votre engagement, et vous souhaitons de très belles fêtes de fin d’année !!!

 

Pour une santé éclatante, faites un don!

→ Par SMS

Au nº 488:
Envoyez «DENT» suivi du montant de votre contribution (1—100 francs)

Par exemple: DENT20

→ Par CCP

14—392681—4
Mention «soins dentaires»

Initiative pour le remboursement des soins dentaires: de quoi s’agit-il ?

Lancée en 2014 par une large coalition de partis politiques (le POP, solidaritéS, le Parti socialiste, les Verts), de syndicats (UNIA, SSP, SUD) et d’associations (l’AVIVO, le Mouvement populaire des familles), cette initiative propose que l’Etat mette en place une assurance publique universelle pour le remboursement des soins dentaires de base, ainsi qu’un réel dispositif de prévention en matière de santé bucco-dentaire pour tous les enfants scolarisés. L’initiative propose également la mise en place d’un réseau de policliniques dentaires régionales. Refusée par une courte majorité du Grand Conseil vaudois, cette proposition est néanmoins soutenue par le Conseil d’Etat.

Une urgence sociale

Cette initiative répond à un besoin urgent pour la population vaudoise. Les coûts engendrés par les soins dentaires sont très importants et ne sont pas pris en charge. C’est donc la logique du chacun pour soi qui s’applique, ce qui n’est pas acceptable dans le domaine de la santé. Par conséquent, de nombreuses personnes renoncent à des soins qui pourraient prévenir des interventions lourdes et des problèmes de santé plus graves. D’autres plongent dans la précarité, s’endettant pour payer la facture du dentiste. Ainsi, cette initiative permettrait à long terme une amélioration de la santé publique et donc une réduction générale des coûts. Le financement de l’assurance serait garanti par un prélèvement paritaire sur le revenu (50% salarié·e, 50% employeur), estimé au total à environ 0.5% du salaire brut. Il reprendrait donc le modèle de financement stable et éprouvé de l’AVS. Ainsi, une personne gagnant 6’000 francs verrait l’entier de ses frais dentaires de base ainsi que ceux de ses enfant et parents à la retraite remboursés pour seulement 30 francs par mois !

Nos adversaires ont de gros moyens, aidez-nous à faire face!

Nous savons que les opposant·es investiront des ressources financières très importantes pour combattre cette initiative. Bien sûr, nous mettrons tout en œuvre pour faire aboutir cette proposition devant la population, malgré ces disparités financières prévisibles. L’argent reste toutefois un enjeu important dans une campagne de votation. Vos dons nous aideront à diffuser un argumentaire détaillé dans toutes les boîtes aux lettres du canton, à rendre visibles nos arguments dans l’espace public, à organiser des rencontres et des débats avec la population, ou encore à mener une campagne dynamique sur les réseaux sociaux…

Alors n’attendez-pas!
Pour des soins dentaires accessibles à toutes et à tous, faites un don!

→ Par SMS

Au nº 488:
Envoyez «DENT» suivi du montant de votre contribution (1—100 francs)

Par exemple: DENT20

→ Par CCP

14—392681—4
Mention «soins dentaires»

décembre 11 2017 | Activités and Grand Conseil and Vaud and Votations | aucun commentaire »

Téléchargez le référendum contre l’interdiction de la mendicité

capture-decran-2016-10-25-a-00-30-50

Téléchargez la feuille de récolte [PDF]

Qui peut signer ?

Les Suisses et Suissesses âgé(e)s de 18 ans révolus, qui ont leur domicile dans le canton de Vaud.

Comment signer ?

Téléchargez et imprimez la feuille et signez-la manuellement. Toutes les personnes inscrites sur une même feuille de signatures doivent impérativement être de la même commune (par exemple : Lausanne).

La récolte de signatures est un droit citoyen. Il est autorisé partout sur la voie publique à toute personne, quels que soient son âge et sa nationalité, à condition de ne pas gêner les autres usagers.

lire la suite »

octobre 28 2016 | Vaud | 2 Commentaires »

Référendum contre l’interdiction de la mendicité

pp_typo

 

Mendier pour survivre n’est pas un délit.
Luttons contre la pauvreté et pas contre les pauvres !

Communiqué de presse (Lausanne, le 10 octobre 2016)

Mardi 27 septembre 2016, le Grand Conseil a approuvé l’interdiction de la mendicité dans le canton de Vaud à une courte majorité. Cette décision choque un nombre important de citoyens et citoyennes. Criminaliser le geste de demander l’aumône est inadmissible dans une société démocratique. Cela porte une atteinte inacceptable à des droits fondamentaux de la personne humaine, à commencer par celui de demander de l’aide quand on n’a plus rien.

L’interdiction de la mendicité nous rappelle les plus sombres pages de régimes autoritaires dans l’histoire.

Les associations et partis politiques soussignés s’adressent aujourd’hui au gouvernement vaudois pour qu’il propose rapidement un projet garantissant le droit fondamental de demander l’aumône. Ils se sont associés pour lancer un référendum contre cette loi d’interdiction afin de susciter un large débat citoyen, relatif notamment au respect de la dignité humaine de chacune et chacun, au refus de toute forme de discrimination, ainsi qu’aux réponses nécessaires au développement des inégalités sociales, de la précarité et de l’extrême pauvreté.

Nous nous engageons dans ce combat référendaires avec des forces et des moyens très limités. Pour que le référendum puisse aboutir, nous comptons sur le fait que nombre de nos concitoyens-ennes partagent notre indignation et sont prêts à le faire signer. Mais surtout, nous appelons tous les partis politiques (socialistes, Verts, Verts’lib et PDC-Vaud libre), qui se sont opposées à l’interdiction lors du vote parlementaire, à s’engager résolument pour la récolte de signatures. Il ne s’agit en effet pas seulement de déclarer son opposition, mais de la manifester par des engagements concrets et significatifs sur ce point. Il en va du respect des droits de chacun et chacune dans cette société. Mendier pour survivre n’est pas un délit !

 

Comité vaudois contre l’interdiction de la mendicité :

 

Yan Desarzens (Directeur général de la Fondation Mère Sofia)

Joao Lemos (Responsable à la communauté Emmaüs)

Anne-Catherine Reymond (Présidente de la communauté Sant’Egidio)

Véra Tchérémissinoff (Présidente d’Opre Rrom)

Hadrien Buclin (Conseiller communal, Lausanne, solidaritéS)

Christiane Jaquet-Berger (Députée, POP)

Ilias Panchard (Co-président des Jeunes Verts)

Romain Pilloud (Porte-parole de la Jeunesse socialiste vaudoise)

Mathilde Maillard (Jeunes libéraux-radicaux vaudois)

 

octobre 10 2016 | Vaud | aucun commentaire »

A l’ouest du Pecos, Noville ?

Kurt-Zwahlen
Le juge Roy Bean est un personnage légendaire de l’histoire américaine, qui prétendit incarner « la loi à l’ouest du Pecos » et devint célèbre pour son interprétation très personnelle de cette loi. L’interdiction d’une manifestation contre les forages sous le Léman par le syndic de Noville propulse ce village du Chablais vaudois bien à l’ouest du Pecos.

 Petit rappel des faits :  une citoyenne de Roche écrit le 4 avril aux autorités de Noville pour obtenir l’autorisation d’organiser une marche « pacifique et joyeuse » jusqu’au site du forage d’exploration de Noville, situé à proximité de la réserve naturelle des Grangettes. Le même jour, la Municipalité de Noville, sous la plume grinçante du syndic Pierre-Alain Karlen (UDC), l’envoie carrément sur les roses, lui conseillant d’aller nettoyer cette réserve des Grangettes. Le motif de ce refus ? Pas très évident, sinon l’arbitraire le plus complet : « nous n’autorisons pas ce genre d’événement sur notre territoire communal ». La voie de recours contre cette décision ? Pas mentionnée ! Les articles du règlement communal la fondant ? Oubliés !

Roy Bean dans ses œuvres

Le syndic Karlen, par ailleurs lieutenant-colonel, qui se gargarise du respect de l’autorité n’en a pas beaucoup pour le droit fondamental de manifester que mentionne la Constitution vaudoise à son article 21 : « Toute personne a le droit d’organiser une réunion ou une manifestation et d’y prendre part ».

Choquée par ce refus, la citoyenne de Roche, Damaris Lütolf Awad, va écrire une deuxième missive, demandant aux autorités de Noville de revoir leur décision et indiquant avoir utilisé la plateforme cantonale Pocoma pour préciser sa requête.

Reprenant sa plume (sergent-­major ?), le syndic de Noville se gausse ouvertement de Mme Awad : « nous ne saurions vous laisser déambuler, même pacifiquement, dans un concentré de gaz d’échappement susceptibles de nuire gravement à votre santé », lui conseillant même d’organiser une excursion dans la Haute-Gruyère « ce qui devrait vous permettre d’oxygéner avantageusement vos poumons et votre cerveau » et concluant brutalement par un « nous ne sommes plus à disposition pour d’autres informations ».

Mis au courant de cette situation, le Collectif citoyen « Halte aux forages » Vaud rédigea, avec Mme Awad, un communiqué dénonçant cet arbitraire. N’entendant pas baisser les bras, il annonçait qu’« en temps voulu et dans le respect de la légalité, le collectif, avec d’autres forces, appellera de nouveau à manifester à Noville ». Cela se fera le 3 septembre : réservez cette date, pour une large mobilisation contre les forages, la fracturation hydraulique et pour le droit de manifester !

Daniel Süri

mai 13 2016 | Eco-logique and Vaud | aucun commentaire »

DANS LA RUE CONTRE MONSANTO

Capture d’écran 2016-05-13 à 14.32.41
« Agriculture durable »
, « travailler avec les agriculteurs », « préserver l’avenir de la planète »… De telles formules défilent en cascade sur le site internet de Monsanto, géant des semences transgéniques et des pesticides toxiques. A l’image du lobby de l’industrie nucléaire, les multinationales actives dans le domaine des organismes génétiquement modifiés (OGM) sont passées maître dans l’art de promouvoir le respect de l’environnement, tout en provoquant certaines des plus violentes perturbations de notre écosystème. Stérilisation des sols, destruction de la biodiversité, infections des denrées alimentaires, voilà le bilan réel de cette société. Déconstruire sa propagande et condamner sa politique est une nécessité absolue. La marche du 21 mai prochain en est une belle occasion.

 1500 personnes pour protester  l’an dernier contre la politique de l’entreprise multinationale de Monsanto, dans les rues de Morges où son siège est installé. Une affluence aussi surprenante que positive, et qu’il s’agit au moins de réitérer cette année. Car depuis, les pratiques du colosse américain de l’OGM ne se sont pas améliorées, loin s’en faut.

En effet, Monsanto ne cesse d’accumuler les procès pour abus de propriété, fraudes scientifiques ou intoxications, en témoignent par exemple les procédures entamées en septembre 2015 contre la multinationale à Los Angeles et à New York par des travailleurs·euses agricoles ayant développé des cancers des os ou des leucémies en raison de leur manipulation du Roundup, l’herbicide le plus largement diffusé par Monsanto (Libération, 2 décembre 2015). lire la suite »

mai 13 2016 | Activités and Eco-logique and Economie and En mouvement and international and Vaud | aucun commentaire »

Vevey  – Elections municipales

12377844_1244237408937090_5563714385497772645_o

Le dernier numéro de solidaritéS annonçait qu’un siège pour Décroissance-Alternatives au second tour de l’élection municipale de Vevey «avait de bonnes chances d’être obtenu». Au terme d’une forte et intense campagne, il n’en a finalement rien été, même s’il s’en est fallu de pas grand-chose.

Une campagne indépendante

Décroissance-Alternatives présentait Yvan Luccarini hors de toute alliance. Cela nous a permis de mener la campagne que nous voulions, sans sectarisme mais sans complaisance pour la politique menée par la municipalité sortante « à majorité de gauche », intégrant notre non à la RIE 3 – ce qui s’est manifesté par un refus nettement supérieur à la moyenne cantonale (23 %) – et présentant nos propositions pour un radical changement de cap.

Il vaut la peine de souligner que l’habituelle faible participation pose un grave problème démocratique : la Verte Elina Leimgruber, meilleure élue, fait 46 %, mais, avec avec 1828 voix, elle recueille les suffrages de moins de 10 % des habitant·e·s de la ville.

La gauche institutionnelle perd la majorité qu’elle avait depuis 10 ans ; Vevey Libre gagne un second municipal, alors que la droite, qui avait tenté un grand chelem en se présentant à 4 avec une alliance UDC-PLR-PDC ne fait finalement que conserver son siège . Pierre Chiffelle, qui avait fait grand bruit dans les médias en se présentant en « sauveur de la gauche » finit dernier. Notre candidat, meilleur non-élu avec 29,5 %, échoue à 75 voix de l’élu socialiste.

L’échec du PS

La relève se passe mal au PS, qui avait quatre objectifs, tous ratés : maintenir la majorité de gauche ; élire deux socialistes et deux femmes à la Municipalité ; bouter Vevey-libre hors de l’exécutif. Campant avec une certaine arrogance sur sa grandeur passée, il avait refusé notre proposition de liste à trois (1 PS, 1 Verts, 1 Décroissance-Alternatives), et en paie le prix.

Bilan positif et perspectives combatives

Sans triomphalisme, on peut tirer un bilan très positif de cette séquence électorale, en particulier de nos seize élu·e·s au Conseil communal. Le défi sera de consolider cette force et de l’utiliser, au conseil communal et en dehors, pour faire progresser les idées et propositions concrètes pour un changement fondamental. La prochaine échéance se profile à l’horizon, avec un nouveau référendum contre la politique d’urbanisme et de logement de la municipalité sortante.

Alain Gonthier

mars 30 2016 | Vaud | aucun commentaire »

RIE3 vaudoise Victoire des 1 %

illustration23032016
Les Vaudois·es ont plébiscité dimanche 20 mars la RIE
3 vaudoise avec 87,12% des voix. 

Ce score soviétique  s’explique par le rouleau compresseur d’une coalition formée par la quasi-totalité des forces institutionnelles du PS jusqu’à l’UDC en passant par le Groupement des entreprises multinationales, qui ont appelé d’une seule voix (et en injectant des millions) à soutenir cette arnaque fiscale.

Face à une campagne particulièrement agressive et non respectueuse des faits, menée par le Conseil d’Etat, véritable champion des intérêts des 1 % les plus riches de ce canton, solidaritéS se félicite d’avoir participé à la conduite d’un référendum qui a permis de faire campagne pour une meilleure redistribution des richesses avec une défense sans compromis des prestations du service public, notamment dans la santé, la formation et les transports publics.

Les débats engagés durant la campagne permettront de développer, dans les mois et les années qui viennent, une résistance déterminée face aux politiques d’austérité sur le plan cantonal et communal, politiques qui auront des effets néfastes sur les conditions de travail dans la fonction publique ainsi que sur les prestations des services publics. Notre campagne a constitué dans ce sens un point d’appui déterminant pour poursuivre notre lutte contre la RIE 3 au niveau fédéral, par le lancement d’un référendum dans les mois qui viennent.

Jorge Lemos

 

 

mars 30 2016 | RIE3 and Vaud and Votations | aucun commentaire »

CIO – « Champions » un anniversaire au goût amer ?

 

images_dufour_1

Tout au long de l’année 2015, la ville de Lausanne et le canton de Vaud ont offert au Comité International Olympique (CIO) un anniversaire solennel, pour célébrer le centenaire de son installation dans la capitale vaudoise. De petits événements en commémorations, l’année s’est terminée par un spectacle pharaonique, organisé sur la place de la Riponne. « Champions » se voulait l’apothéose de cette année dédiée au CIO, mais le rêve est en passe de virer au cauchemar. Les derniers échos font état d’un déficit de plus d’un million de francs – uniquement pour le spectacle – que la Ville et le Canton devront éponger.

 On peut invoquer  une météo malchanceuse, mais de tels aléas pour un événement en plein air étaient à prévoir. Et si la situation peut paraître ubuesque au regard des centaines de millions de francs brassés par le CIO, elle témoigne de plusieurs inconséquences : comment un budget peut-il connaître un déficit équivalent à son total initial ? Ne doit-il pas définir plus précisément le cadre du projet ? La participation financière des collectivités publiques dans l’association responsable du spectacle est-elle opaque, ou même légale ?

Les déclarations  des autorités communales et cantonales, à défaut de fournir une vision claire de l’événement incriminé, ont au moins le mérite de l’honnêteté : la Ville de Lausanne et le Canton sont condamnés à combler ce déficit, et elles ne feront pas appel à l’institution olympique, pourtant principale bénéficiaire de l’événement. C’est le contribuable qui paiera, point barre !

Evidemment, dans un contexte où les pétromonarchies font les yeux doux aux institutions sportives – en offrant des installations démesurées à qui voudra s’en emparer – la place lausannoise ne peut se permettre de laisser transparaître le moindre doute quant à son engagement auprès du CIO et des fédérations sportives internationales. Un engagement qui renvoie à une histoire centenaire, faite de privilèges, d’exceptions et de concessions. lire la suite »

février 19 2016 | Vaud | aucun commentaire »

RIE3 – NON à une véritable arnaque !

11057447_177697272599198_3188697760063190915_o

 Jeudi 21 janvier, à deux mois de la votation sur la RIE 3 VD, le Conseil d’Etat vaudois a présenté une révision de la péréquation intercommunale.

Présentées à la va-vite, ces mesures ont uniquement pour but de servir d’écran de fumée. Le Conseil d’Etat joue une nouvelle fois aux apprentis sorciers en essayant de faire croire à la population vaudoise qu’il suffit de répartir différemment les pertes pour les annuler. Nous ne sommes pas dupes. Ces pertes seront lourdes et ne pourront être compensées que par des coupes dans les prestations et des hausses des impôts communaux.  lire la suite »

février 03 2016 | RIE3 and Vaud | aucun commentaire »

14 390 signatures contre la RIE3-VD!

Capture d’écran 2015-12-21 à 18.24.22

Avec 14’390 signatures validées par les communes vaudoises, et déposées aujourd’hui même au Secteur des droits politiques de l’Etat de Vaud, la Coalition « Touche pas à mes services publics » a le plaisir d’annoncer que le référendum cantonal contre la réforme fiscale « RIE3-VD » a abouti.

Ainsi, la Coalition est heureuse de pouvoir offrir à la population vaudoise la possibilité de s’exprimer démocratiquement sur cette réforme. Car en effet, opposants et défenseurs de la feuille de route fiscale du Conseil d’Etat s’accordent sur un point : elle est absolument cruciale. Avec plus de 520 millions de francs de pertes annuelles pour le canton et les communes, cette réforme engendrera la plus grande baisse de rentrées fiscales jamais opérée depuis la Deuxième guerre mondiale. Inévitablement, des cures d’austérité dans le financement des services publics et des augmentations d’impôts pour l’ensemble de la population seront la conséquence directe de ces cadeaux fiscaux aux grandes entreprises, s’ils devaient être acceptés. Dès lors, et malgré la tentative du duo « Malice et Brouillard » de faire passer à la hussarde cette réforme au mois de septembre dernier (en dix jours, en pleine élection fédérale et sans réel débat public), la Coalition propose aux citoyennes et citoyens de débattre et de voter sur ce sujet, décisif pour l’avenir des collectivités publiques. lire la suite »

décembre 21 2015 | Réforme de l’imposition des entreprises and Vaud | aucun commentaire »

Suivant »