Archive Eco-logique

Université de printemps de solidaritéS 2014

Michel Husson lors d’un atelier de l’Université de printemps 2013

Les 16, 17 et 18 mai 2014 aura lieu à Lignerolle (La Bessonnaz, dans le Jura vaudois) la cinquième édition de notre Université de Printemps. L’occasion de débattre, d’échanger et de se détendre au vert tout un weekend.

Deux jours et demi de débats et d’échanges y auront lieu sur le thème:

«Offensives réactionnaires et résistances»

S’intéresser aux offensives réactionnaires et aux résistances, c’est non seulement mieux reconnaître le sous-sol dans lequel prennent racine les idées réactionnaires et néo-conservatrices actuelles, mais surtout affirmer la nécessité, à chaque fois renouvelée, de comprendre pour agir, de penser pour lutter…
Avec la première plénière du vendredi soir et plusieurs ateliers tout au long du week-end, nous tâcherons notamment de faire le point sur les mouvements d’extrême droite en Suisse et en Europe, mais aussi, et peut-être surtout, sur les alternatives radicales et les ruptures nécessaires qui s’imposent à gauche pour faire face au changement de période que nous vivons.

Trois «meetings» en plénière :
— vendredi 16 mai à 20h: «Faire face aux extrêmes droites européennes»
— samedi 17 mai à 16h15: «Le revenu de base inconditionnel, une solution pour sortir de l’esclavage salarié?»
— dimanche 18 mai à 13h30: «Après « Occupy »: vers une nouvelle gauche sociale et politique aux USA»

De très nombreux ateliers thématiques…
Des animations musicales et culturelles diverses…
Une crèche sera à disposition des parents pour les heures d’ateliers et plénières, sous condition d’annonce préalable!

Téléchargez le programme (pdf)

Attention: le délai d’inscription est fixé au lundi 12 mai.
Inscrivez-vous rapidement, le nombre de places est limité, en écrivant à UniPrintemps

avril 18 2014 | Antiracisme and Eco-logique and Economie and Education and Féminin/masculin and international and National and Travail and Vaud | aucun commentaire »

Opposition au sommet sur les matières premières: Actions variées, succès partiels

En comparaison avec 2013, l’affluence au Forum et à la manifestation a été à peu près divisée par deux. Ce qui n’empêche qu’elle reste exceptionnelle en regard du sujet traité. Cette année, des actions décentralisées ont été mises sur pied et ont permis d’intensifier et de diversifier les messages et la diffusion de l’information sur le sale business que constitue la spéculation sur les matières premières, particulièrement agricoles.

 

Mardi 25 mars, un collectif anonyme d’indigné·e·s a déployé une banderole sur le toit du Beau-Rivage.

 

Mercredi 26 mars, des membres du Collectif contre la spéculation ont incarné les paysan·ne·s victimes de la spéculation devant le siège de la Banque cantonale vaudoise qui gère un fonds « matière premières agricoles » d’au moins 49 millions de francs. (Photo: Ruth Quitério).

 

Samedi 29 mars à la maison de quartier de Chailly, les conférences et ateliers ont permis d’élargir la thématique en rappelant que la spéculation découle de l’idéologie extractiviste et de l’échange inégal Nord-Sud.

 

Lundi 31 mars, à l’appel du Groupe écosocialiste de solidaritéS, une flash mob a eu lieu devant le siège de la filiale de Cargill à Champel pour dénoncer les agissements de cette multinationale, la plus grande dans le secteur du négoce de matières premières agricoles (chiffre d’affaires 2013: 137 Milliards de dollars).

 

Lundi 31 mars également, la manifestation de protestation contre le Global Commodities Summit a réuni 600 personnes et s’est terminée devant le Beau-Rivage où une horde de policiers avait envie d’en découdre. Le gazage/tabassage et l’arrestation de participant·e·s souvent jeunes et pacifiques a terni l’ensemble de la mobilisation.

avril 04 2014 | Eco-logique and Economie and Images et paroles and international and Lausanne and National and Vaud | aucun commentaire »

Il faudra bien, pour la troisième fois, sauver Lavaux

« Circulez, tout va bien, on s’occupe de tout ». Tel est en substance le message que le Grand Conseil a voulu adresser aux citoyen·ne·s vaudois en soutenant massivement fin janvier le contre-projet gouvernemental à l’initiative de Franz Weber. Seuls le groupe La Gauche et quelques Verts ont osé briser ce bel unanimisme.
lire la suite »

mars 05 2014 | Eco-logique and Grand Conseil and international and Logement and National and Vaud | aucun commentaire »

Un référendum contre la tour Taoua, pour refuser la spéculation immobilière

Signez le référendum !

Téléchargez les feuilles de signature ICI !

Renvoyez-les avant le 10 décembre à:
Hadrien Buclin, 17 avenue de Morges, 1004 Lausanne

 
Voici l’argumentaire du groupe La Gauche:

Le parlement lausannois a avalisé un préavis municipal prévoyant la construction d’une tour de 85 mètres de haut (27 étages) dans le cadre du projet « Beaulieu 2020 ». La coalition La Gauche (POP et solidaritéS) compte parmi les opposants de la première heure à ce projet.
lire la suite »

novembre 20 2013 | Conseil communal and Eco-logique and Economie and Lausanne and Logement and Vaud | aucun commentaire »

Loi sur l’énergie: quand les intérêts des propriétaires évincent ceux du climat

Le parlement vaudois a accepté une révision de la Loi sur l’énergie; celle-ci est censée encourager les économies énergétiques et le recours aux renouvelables. Autant d’objectifs louables, mais dont la réalisation est pour le moins timorée.

 

Du côté des avancées prévues par cette révision, on relèvera que désormais, pour toute nouvelle construction, l’eau chaude devra être produite avec au minimum 30 % d’énergies renouvelables provenant du solaire, du bois ou d’un réseau de chauffage à distance. En ce qui concerne le chauffage, le projet de loi prévoit une utilisation d’énergies renouvelables de 20 % si l’apport principal est le gaz et de 40 % s’il s’agit du mazout.

lire la suite »

novembre 20 2013 | Eco-logique and Economie and Grand Conseil and Logement and Vaud | aucun commentaire »

Un référendum contre la tour Taoua pour refuser la spéculation immobilière

Le parlement lausannois a avalisé un préavis municipal prévoyant la construction d’une tour de 85 mètres de haut (27 étages) dans le cadre du projet « Beaulieu 2020 ». La coalition La Gauche (POP et solidaritéS) compte parmi les opposants de la première heure à ce projet.

Contre l’avis d’une fraction des Verts et de l’UDC, ainsi que de l’entier du groupe La Gauche, le Conseil communal a donné son feu vert à la conclusion d’une convention entre le groupe Orox Capital Investment (Genève) et la Ville de Lausanne. La convention permet à Orox d’investir dans la construction de la tour Taoua sur les parcelles de Beaulieu dont la Ville est propriétaire, et où se trouve notamment le Centre de congrès. Cette construction s’accompagne de la transformation des bâtiments et espaces publics annexes, confiée pour partie au groupe Losinger Marazzi, propriété du géant du BTP français Bouygues. Orox Capital et Losinger ne sont pas totalement étanches, puisque l’actuel directeur exécutif d’Orox a aussi « occupé des positions de management pour Losinger. »
lire la suite »

octobre 14 2013 | Conseil communal and Eco-logique and Economie and Lausanne and Logement and Vaud | 4 Commentaires »

Vers l’extraction de gaz non-conventionnel dans le Léman ?

La société Petrosvibri a découvert des réserves significatives de « tight gaz » ou « gaz serré » sous le Lac Léman. L’extraction de gaz non-conventionnel, impliquant l’injection dans la roche d’eau hautement pressurisée contenant différents produits chimiques, comporte des risques écologiques et sanitaires importants.

Ces produits risquent en effet de polluer les nappes phréatiques environnantes. Il existe par ailleurs des risques de fractures dans les couches géologiques annexes, pouvant provoquer des secousses sismiques, comme ce fut le cas à Bâle en 2006 à la suite d’un projet de géothermie de grande profondeur. Si le tight gaz n’est pas, à proprement parler, du gaz de schiste, « fondamentalement, la méthode d’extraction reste semblable : il faut artificiellement stimuler le réservoir, par exemple grâce à l’hydrofracturation », comme l’explique Jon Mosar, professeur de géologie à l’Université de Fribourg, cité par Le Temps (12 avril 2013).

La course à l’extraction de gaz non-conventionnel apparaît en outre comme une impasse, puisqu’il s’agit d’une énergie fossile contribuant au réchauffement climatique.

Basée à Vevey, la société Petrosvibri est détenue à 66 % par Gaznat, entreprise dont les actionnaires principaux sont la Ville de Lausanne et les Services industriels genevois. Les collectivités publiques concernées ne semblent pas avoir montré beaucoup d’empressement pour s’opposer aux inquiétants projets de Petrosvibri, en dépit de leur représentation de poids dans les Conseils d’administration compétents. Les projets de la société Petrosvibri sont entourés d’ombre, l’entreprise se réfugiant – profitant de la complaisance des autorités – derrière le secret des affaires. A l’initiative du groupe La Gauche, le Conseil communal de Lausanne a voté, le 10 septembre dernier, une résolution demandant à la Municipalité de s’opposer par tous les moyens à ces projets d’extraction de gaz non-conventionnel sous le Léman.

Hadrien Buclin extrait du nº 234 du bimensuel solidaritéS

septembre 30 2013 | Conseil communal and Eco-logique and Economie and Grand Conseil and National and Vaud | aucun commentaire »

Participez à l’Université de printemps de solidaritéS

Oser lutter
Université de Printemps du bimensuel solidaritéS
3 – 5 mai 2013, Lignerolle (Romainmôtier)

Cette année, pour sa 4e édition, l’Université de printemps de solidaritéS est placée sous le signe de la lutte. Oser lutter, c’est traduire son indignation dans l’action collective, en inventant parfois aussi de nouvelles formes de protagonisme. Après l’Amérique latine, l’Afrique du Nord et le Moyen-Orient, l’Europe du Sud a été le théâtre de multiples mobilisations, dont le trait commun réside dans la réappropriation de l’espace public. Elles ont su mettre en mouvement de larges couches de la population – salarié·e·s, jeunes, sans emploi, femmes et hommes – pour défendre le bien commun et dire non à la logique du capital.

Nos trois plénières du vendredi, samedi et dimanche insistent sur la diversité des mouvements sociaux en cours, porteurs d’une nouvelle radicalité. Elles s’intéressent en particulier à leurs acteurs·trices : les femmes, à l’avant-garde de l’opposition à la contre-révolution dans la région arabe, qui renouvellent aussi les répertoires d’action en Europe et en Amérique latine; les tra­vail­leurs·euses, qui doivent partout réinventer les modalités de la confrontation, en associant à leurs combats les chô­meurs·euses et les ha­bitant·e·s des quartiers populaires; les peuples des pays les plus brutalement touchés par les plans d’ajustement structurels en cours, notamment dans le Sud de l’Europe.

Téléchargez le programme ici

Pour vous inscrire et toutes les questions pratiques: uni2013@solidarites.ch
Dernier délai d’inscription: 30 avril.

avril 17 2013 | Antiracisme and Eco-logique and Economie and Education and Féminin/masculin and Féminisme and international and Travail | aucun commentaire »

Les spéculateurs s’enrichissent. Les peuples s’appauvrissent…

Les spéculateurs s’enrichissent, les peuples s’appauvrissent…

Pour protester contre la tenue à Lausanne du 2e Sommet mondial des matières premières, le Collectif contre la spéculation sur les matières premières organise:

Un Forum, samedi 13 avril de 13h30 à 22h, Maison de quartier Sous-Gare
Une manifestation, lundi 15 avril, 17h30, place Saint-François

 

En quelques années, la Suisse est devenue centrale dans le commerce mondial des matières premières. Environ 25 % des trans­actions mondiales sur ces ressources s’effectuent par la Suisse. Dans ce contexte, le second Sommet mondial des matières premières (Global Commodities Summit) réunissant sociétés de négoce, banques et investisseurs, se tiendra au Beau-Rivage Palace, à Lausanne, du 15 au 17 avril 2013.

Des avantages fiscaux exorbitants attirent les multi­nationales du trading comme des mouches ! Par exemple, le groupe Vale (Vaud) bénéficie d’exonérations fiscales alors qu’il réalisait des bénéfices de plus de 21 milliards en 2011.

Le négoce de matières premières permet une accumulation énorme de richesses, entre les mains d’une toute petite minorité. En même temps, les peuples victimes de ces prédateurs s’appauvrissent ; des régions, voire des pays entiers, sont réduites à la misère.

Nous nous opposons à la spéculation effrénée dont les matières premières sont devenues l’objet et refusons les conséquences désastreuses qui en résultent. Notamment : la hausse des prix des denrées alimentaires ; l’accaparement de terres agricoles ; le commerce criminel de l’eau dans lequel la multinationale Nestlé (Vaud) excelle ; ou la manipulation des cours boursiers par des groupes comme Glencore-Xstrata (Zoug) ou Shell qui conduit à l’exploitation brutale des êtres humains et de la nature. De plus, l’environnement est victime de graves atteintes entraînant la pollution des sols et des eaux, ainsi que la perte de biodiversité. Des populations entières sont chassées de régions où elles ont toujours vécu.

Dans ce cadre, nous orga­ni­sons un forum pour nous rencontrer et débattre ainsi qu’une manifestation de protestation dans la ville.

avril 08 2013 | Colombie and Eco-logique and Economie and international and Lausanne and National and Vaud | aucun commentaire »

Un nouveau cycle de formation proposé par solidaritéS Vaud

Formations 2012–2013 de solidaritéS Vaud

solidaritéS Vaud propose des courtes formations qui ont lieu le samedi après-midi afin d’aiguiser le sens critique des participant-e-s, dans une ambiance studieuse mais détendue et ouverte à la discussion. Ces formations se veulent ouvertes à toute personne intéressée et curieuse et également d’un accès relativement facile.

Voici le programme:

  • 17 novembre: La presse et l’hégémonie idéologique bourgeoise
  • 8 décembre: Etre anti-impérialiste, qu’est-ce que cela signifie aujourd’hui ?
  • 19 janvier: Etre anticapitaliste, qu’est-ce que cela signifie aujourd’hui ?
  • 23 février: Etre féministe, qu’est-ce que cela signifie aujourd’hui ?
  • 23 mars: Etre antiraciste, qu’est-ce que cela signifie aujourd’hui ?
  • 27 avril: Etre écosocialiste, qu’est-ce que cela signifie aujourd’hui ?
  • 25 mai: Etre socialiste, qu’est-ce que cela signifie aujourd’hui ?

lire la suite »

novembre 15 2012 | Antiracisme and Eco-logique and Economie and Education and Féminin/masculin and Lausanne and National and Santé and Travail | 1 Commentaire »

« Précédent - Suivant »